Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Une semaine pour tout savoir sur la cohabitation intergénérationnelle solidaire

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 1 min

Date de publication 07/06/2022

0 commentaires

Le réseau Cohabilis lance sa deuxième semaine nationale de la cohabitation intergénérationnelle solidaire. Au programme, des conférences, des ateliers, des rencontres, à distance et un peu partout en France, du 6 au 11 juin.

Mais au fait, c’est quoi, la cohabitation intergénérationnelle solidaire ? Le principe est simple : une personne de plus de 60 ans partage son logement avec un jeune de moins de 30, contre une participation symbolique, inférieure au prix d’une location classique, et, bien souvent, un engagement à rendre service à l’autre.

« La cohabitation intergénérationnelle solidaire repose sur deux constats ; la difficulté pour certains jeunes de se loger, l’isolement et la solitude de certaines personnes âgées, facteur aggravant de la perte d’autonomie », précise la charte nationale relative à la cohabitation intergénérationnelle solidaire.

Une solution qui offre la possibilité au jeune de se loger pour un coût modéré, et à la personne âgée de ne pas rester seules chez elle.

Formalisée en 2004, avec la création de la première association de logement intergénérationnelle en France, la formule s’est peu à peu propagée dans toute la France.

Le réseau national Cohabilis fédère ainsi une quarantaine d’associations qui mettent en œuvre sur le terrain des solutions d’habitat partagé.

Au fil des années, la cohabitation intergénérationnelle a évolué. Depuis la loi Elan de 2018 par exemple, un contrat de location ou de sous-location spécifique à cette forme d’habitat existe : le contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire.

Il précise le montant de la contrepartie financière, les menus services le cas échéant ainsi que la durée de la cohabitation (fixée librement entre les contractants). Il doit aussi indiquer quelle(s) pièce(s) compose(nt) l’espace privé du jeune et quelles autres sont partagées.

Autres outils pour protéger les deux parties, la charte nationale relative à la cohabitation intergénérationnelle solidaire mentionnée plus haut et une seconde charte élaborée en 2005 par Sciences Po, Fondation de France et la Fondation nationale de gérontologie (FNG) pour définir les règles à respecter au quotidien, l’engagement moral de chacun.

En 2020, 5600 binômes partageaient un logement dans le cadre de la cohabitation intergénérationnelle solidaire. Pourquoi pas vous ?

Consulter le programme de la semaine nationale de la cohabitation intergénérationnelle solidaire

Partager cet article