Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bien vieillir (prendre soin de soi)

Vieillir avec son animal de compagnie

Auteur Raphaëlle Murignieux

Temps de lecture 2 min

Date de publication 02/08/2021

0 commentaires

En maison de retraite comme à domicile

Si les congés d’été sont propices aux abandons d’animaux de compagnie, d’autres événements, comme une entrée en maison de retraite, les favorisent aussi. Pourtant, il est tout à fait possible de garder son chien ou son chat près de soi, jusqu’au bout de sa vie, en Ehpad comme à domicile.

Selon la Société protectrice des animaux, près de 100 000 chiens et chats sont abandonnés en France chaque année, « avec un pic durant la période estivale » indique l’association, qui précise qu’elle recueille « près de 42 000 animaux par an dont environ 10 000 l’été ».

Une entrée en Ehpad, a fortiori quand elle survient en urgence, contraint bien souvent le futur résident à se séparer de son animal de compagnie. Donné dans le meilleur des cas à un proche, un voisin, ou confié à un refuge – on parle alors d’abandon contraint (ce qui n’est pas illégal, à la différence des autres abandons).

Mais est-il vraiment obligatoire d’abandonner son chien ou son chat ? L’Ehpad est avant tout un lieu de vie, censé permettre de conserver un peu de son chez soi, de ses habitudes, de son mode de vie.

En fait, rien dans la loi n’interdit aux résidents de vivre avec leur animal de compagnie.

La circulaire Franceschi du 11 mars 1986 indique ainsi que « les personnes âgées qui ont un animal familier doivent être autorisées à le garder avec elles, dans la mesure où il ne créera pas une contrainte anormale pour le personnel et où il ne gênera pas la tranquillité des autres résidents ».

Mais une circulaire n’a pas force de loi. Or le seul texte existant sur le sujet interdit simplement la présence d’animaux domestiques dans « les salles de restaurant et locaux similaires ». Les directeurs d’établissement peuvent cependant faire figurer l’interdiction dans le règlement intérieur. D’après la Haute autorité de santé, 40 à 50 % des Ehpad accepteraient les animaux domestiques.

A noter : les chiens-guides d’aveugle font exception et sont autorisés dans tous les lieux publics.

Pour faciliter l’accueil des compagnons à deux ou quatre pattes dans ces établissements, l’association Terpta propose aux Ehpad une structure éxtérieure dotée d’électricité et chauffage où pourront loger les animaux (jusqu’à 12 chats et 8 chiens).

Des bénévoles et des auxiliaires s’en occupent au quotidien, et leurs propriétaires peuvent les côtoyer dans ils le souhaitent. Une solution déjà adoptée par plusieurs établissements, rapporte l’association.

Et pour celles et ceux qui souhaiteraient adopter un animal de compagnie, mais sans pour autant l’emmener dans le cas où ils emménageraient dans un lieu de vie collectif, la SPA propose aux plus de 65 ans d’accueillir chez eux un chat ou un chien, et s’engage à le reprendre en cas d’hospitalisation ou de décès.

Par ailleurs, l’association prend en effet totalement en charge les frais de vétérinaire et de nourriture, si l’adoptant est non imposable. Un dispositif encore expérimental mais que la SPA aimerait généraliser partout en France. 

Pour en savoir plus, envoyer un mail à famillesenior@​la-​spa.​fr.

Partager cet article