Agevillage

Hôpital : un acteur clé dans la perte d'autonomie

Hôpital, la crise


Partager :

L'hôpital est l'un des acteurs clés de la perte d'autonomie. C'est souvent là, qu'une famille prend conscience que sa vie va être bouleversée.
  • Embolie pulmonaire?
  • Accident cardiaque ?
  • Chutes avec fracture (le plus souvent du col fémoral) ?
  • Accident vasculaire cérébral (AVC)?
  • Infection aiguë (pulmonaire le plus souvent, mais aussi urinaire...) ?
  • Syndrome confusionnel ?
Un de vos parents vient d'entrer dans un service de soins aigus (hôpital ou clinique) pour l'un de ces motifs - les plus fréquents en gériatrie - ou pour un autre...

Les trois cas d'hospitalisation fréquents des personnes âgées sont :


Hôpital : soins aigus, soins de suite

Après administration des soins (chirurgie, réduction de la fracture...), les services de soins aigus vont chercherà libérer rapidement le lit qu'occupe actuellement votre père ou votre mère. Celui-ci doit pouvoir accueillir une autre urgence.

Dans le meilleur des cas, si l'accident n'a pas révélé de symptômes d'autres maladies latentes, généralement liées au grand âge, votre parent va quitter le service de chirurgie ou de traumatologie ou il a été admis en urgence pour être dirigé vers un service dit de " soins de suite et de réadaptation fonctionnelle ".

Les services de soins de suite se situent généralement dans l'enceinte de l'hôpital, mais une clinique proche peut parfois faire l'affaire. Neuf fois sur dix, les services de soins de suite privés n'ont pas de médecin gériatre capable d'évaluer la situation et d'éclairer la famille sur l'avenir proche.C'est cette carence du système hospitalier - l'absence de gériatre - qui contribue à la panique de la famille brutalement confrontée avec un parent en perte d'autonomie.

Cette seconde période dite de soins de suite marque dans l'esprit général - et à tort - le début de la convalescence. Il ne s'agit pas d'un repos, mais d'une phase qui doit être extrêmement active et dont les enjeux sont considérables (pour la personne âgée et son entourage). En effet, c'est souvent en soins de suite et réadaptation fonctionnelle que se jouera l'avenir de la personne âgé.

Hôpital : trois issues possibles

  • Votre parent se remet et montre qu'il est en train de reconquérir son autonomie. Un retour à domicile peut alors être envisagé rapidement. A moins qu'un détour par une maison de repos soit ordonné pouraccélérer le mouvement. 
  • L'état de santé de votre parent ne s'améliore pas. Non seulement l'AVC oula fracture du col du fémur ont laissé votre parent handicapé, mais une hospitalisation prolongée a accru son état de dépendance. La station debout est devenue pénible ou bien la possibilité d'un déplacement autonome a disparu. Il ne s'alimente pas sans aide et ne peut évacuer sans accompagnement. Un retour à domicile peut certes être envisagé, mais à condition qu'un réseau de soutien assez dense puisse le prendre en charge.
  • Si le choix du retour à domicile - ou si l'hébergement par un membre de la famille - n'est pas envisagé, l'alternative se situe du côté d'une maison de retraite.En attendant, un séjour complémentaire en maison de convalescence (très faiblement médicalisée: passage d'un médecin à la demande ou une fois par semaine) est possible. Il ne s'agit que de gagner du temps pour mieux préparer une solution de sortie.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

flo1563

21/02/2015 22:02

sos si vous avez des pistes


Je suis dans le même cas ma mère malade (alzheimer) ne marche plus ne sait plus manger aucune réaction hospitalisée elle doit rentrer mercredi mon père est très fatigué et ne peut plus la lever et est incapable de la porter etc... le chu nous dit c'est comme ça elle rentre mercredi c'est plus de notre ressort elle ne peut pas aller en soins suite, car pour elle il n'y aura aucune amélioration vous prenez ça en pleine face. Mais on est désemparé, je leur demande de la garder encore une semaine le temps de trouver des personnes pour s'occuper d'elle, mais ce n'est pas leur problème et mon pere lui a déjà fin un malaise. J'appréhende le retour. Ont-ils le droit de sortir les gens dans la nature ?



DANY

11/02/2015 20:02

CONTRADICTION


Bonjour, suite à une expérience personnelle en cours, cette affirmation "hôpital : acteur clé dans la perte d'autonomie" me paraît une douce illusion. Mon beau père âgé de 85 ans a été hospitalisé deux fois pour des problèmes de santé importants (exemple : il a fallut le transfusé deux fois) a chaque fois il est resté 1 jour à l'hôpital et renvoyé chez lui sans aucune alternative proposée. Ce jour il a été admis une troisième fois en 10 jours aux urgences. A l'heure qu'il est on attend la décision qui sera prise le concernant. cela nous laisse a penser que les urgences libère effectivement très vite les lits mais à la famille de se débrouiller avec la personne âgée malade. je n'ose imaginer ce qui ce passerait si la famille était éloignée. Il y a quelques années notre voisine seule et malade à été ramenée chez elle après une hospitalisation.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -