Agevillage

Chirurgie et personnes âgées

Générale, cardiaque et orthopédique


Partager :

Aujourd'hui, l'âge n'est plus un frein aux opérations chirurgicales, quelle que soit leur nature. Des précautions doivent toutefois être prises.


Chirurgie cardiaque



L'âge n'est plus une contre-indication à la chirurgie cardiaque. Nos centres hospitaliers réalisent tous les jours des changements valvulaires ou des pontages coronariens chez des personnes âgées de 80 ans, voire plus.

La décision d'une chirurgie cardiaque repose sur un seul critère essentiel : l'état physiologique de la personne.

Chirurgie générale


Il existe trois contre-indications absolues : l'infarctusdu myocarde récent (moins de 3 mois), l'état de mal angineux et l'insuffisance cardiaque non contrôlée. Encore y a-t-il des exceptions.

Le succès est lié à une anesthésie impeccable, sans chute tensionnelle, sans poussée hypertensive, sans surcharge liquidienne. Le bilan hydrique et électrolytique pré et post-opératoire doit être parfaitement contrôlé.

Tout cas grave exige donc une hospitalisation dans un établissement équipé de façon moderne en matière de réanimation. Chaque fois que l'on pourra, oncherchera à gagner du temps avant d'intervenir afin de mettre le malade dans les meilleures conditions cardio-vasculaires possibles.

Chirurgie orthopédique


L'orthopédie s'est considérablement modifiée au cours des 40 dernières années. Les techniques chirurgicales se sont adaptées aux âges de plus en plus avancés des patients.

Le domaine particulier des prothèses (hanches, genoux) a aussi fait de grands progrès du fait du nombre toujours plus important d'arthroses évoluées nécessitant un remplacement articulaire pour pouvoir maintenir l'autonomie.

La qualité parfois médiocre de l'os (ostéoporose), la fréquence et la gravité des complications de la chirurgie orthopédique ont conduit les techniques à s'adapter.

La collaboration orthopédiste et gériatre est indispensable pour pouvoir au mieux gérer une condition générale qui est souvent précaire (en pré-opératoire) et qui, en post-opératoire, peut devenir préoccupante (escarres, déséquilibres d'origine cardiaque ou pulmonaire. Pour éviter les complications consécutives à une station allongée, la mobilisation précoce est de règle.

La kinésithérapie s'impose toujours pour conserver aux articulations leur souplesse et aux masses musculaires leur consistance.




mis à jour le

LIRE AUSSI

Partager :


Vos réactions

nicole andree

01/08/2009 23:08

conseillère en adaptation


Merci intéressant, aurait besoin de plus d'informations.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -