Agevillage

Signes d'alerte de la maladie d'Alzheimer : attention aux idées reçues !

Les troubles de la mémoire ne sont pas systématiques


Partager :

Oublis fréquents, trous de mémoire : autant de signes qui poussent les Français âgés à consulter leur médecin en suspectant un début de maladie d’Alzheimer. Pourtant, les troubles de mémoire ne sont pas systématiques en début de maladie, et d’autres signes peuvent donner l’alerte.

« Bien que communément considérée comme le symptôme le plus évocateur de la maladie d’Alzheimer, l’amnésie n’est pourtant pas systématique chez tous les patients en début de maladie. En outre, ces troubles de la mémoire peuvent se manifester chez des patients atteints d’autres pathologies neurodégénératives », rappelait l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) début septembre.

Dans le cadre d’une nouvelle étude, les chercheurs du laboratoire Lille Neuroscience et Cognition (Inserm/CHU de Lille/Université de Lille) ont en effet démontré, après analyse des cerveaux des patients, qu’un tiers des personnes « présentant une pathologie Alzheimer n’avait pas de troubles de mémoire (…). La présence d’une amnésie apparaissait comme faiblement prédictive de la pathologie Alzheimer ».

Il est donc essentiel de connaître les autres signes d’alerte, et de consulter rapidement son médecin traitant s’ils sont fréquents et ont des conséquences au quotidien.

Il peut s’agir :
  • De troubles du langage (la personne ne retrouve pas ses mots)
  • De difficultés pour organiser le quotidien (suivre une recette, planifier un repas…)
  • De troubles de la reconnaissance (des visages notamment)
  • De troubles du comportement (apathie ou au contraire agressivité)
  • De désorientation, dans l’espace ou dans le temps
Pour les malades (et pour leurs proches), la maladie entraîne en effet une véritable perte de repère, comme le souligne ce spot France Alzheimer, imaginé à l’occasion de la journée mondiale de la maladie ce lundi 21 septembre.



Consulter le plus rapidement possible son médecin traitant lui permettra, si nécessaire, de vous orienter vers une consultation spécialisée en vue d’établir un diagnostic précoce.

Diagnostiquer la maladie au plus tôt permet, en l’absence de traitement, de prendre des mesures pour freiner son évolution et d’améliorer le quotidien des malades et de leurs proches.

Pour aller plus loin




mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -