Agevillage

Les cancers

Incidence, traitements, prévention


Partager :

La Journée mondiale de lutte contre le cancer se déroule chaque année le 4 février et permet de sensibiliser à une maladie qui touche majoritairement les personnes âgées. Selon l’Institut national du cancer, tous les ans, plus des deux tiers du nombre de cas de cancers enregistrés concernent une personne de 65 ans et plus. Pour les personnes âgées de 85 ans et plus, 45 993 nouveaux cas de cancers ont été recensés en 2017, soit 11,5 % de l’ensemble des cas de cancers diagnostiqués (9,3 % parmi les hommes et 14 % parmi les femmes).

Les cancers regroupent un ensemble de pathologies provoquées par un dérèglement de cellules devenues anormales, qui prolifèrent de façon excessive.

Chez la personne âgée, les cancers sont rarement diagnostiqués à un stade précoce. Une éducation sanitaire parfois défaillante, la peur de subir des examens ou des traitements pénibles expliquent leurs réticences à consulter un médecin. 


Les pathologies multiples, fréquentes chez le sujet âgé, contribuent à la diminution de cette tolérance vis à vis des bilans nécessaires à l'exploration et au traitement des cancers.

Chez les plus du 65 ans, les cancers les plus fréquents touchent la prostate, le poumon et le côlon-rectum chez l’homme ; le sein, le côlon-rectum et le poumon chez la femme.

Traitement

En fonction de la nature ou du degré de sévérité de la tumeur, différents traitements anti-tumoraux peuvent être utilisés :

  • la chirurgie (retire la tumeur par le biais d’une opération chirurgicale)
  • la radiothérapie (détruit les cellules cancéreuses en utilisant des rayons ionisants)
  • la chimiothérapie (agit sur la tumeur grâce à l’administration de médicaments)
  • la greffe (remplace la moelle osseuse par une moelle saine)
  • l’hormonothérapie (empêche certaines hormones de stimuler les cellules cancéreuses)
  • les thérapies ciblées (combattent spécifiquement les cellules cancéreuses à partir de médicaments)
  • l’immunothérapie (renforce les défenses immunitaires afin de s'attaquer aux cellules tumorales)


Quel que soit le cancer considéré, il faut distinguer les traitements dits curatifs où le malade a la même probabilité de survie qu'un sujet d'âge comparable non atteint de la tumeur maligne et les traitements dits palliatifs où la tumeur ne sera pas entièrement éliminée mais où les symptômes seront absents en cas de rémission complète ou atténués en cas de rémission partielle.

Le médecin aura toujours pour ambition de prévenir les complications susceptibles d'handicaper le patient. Tout traitement anti-tumoral doit inclure l'antalgie (lutte contre la douleur) et une bonne nutrition pour favoriser la mobilité et l'indépendance de la personne atteinte. Il s'agit là de facteurs essentiels chez la personne âgée.

Il n'existe pas d'antalgiques spécifiques des douleurs entraînées par les tumeurs et c'est souvent par approches successives que le médecin déterminera le produit ou le schéma d'administration le plus efficace. Pour des douleurs localisées, de type osseux, une radiothérapie (adaptée à la tolérance du sujet) peut être d'une grande efficacité.

Des prescriptions diététiques et un apport calorique et vitaminique adéquat sont essentiels au maintien d'un un bon état général. La relation entre le malade et l'équipe soignante joue un grand rôle au cours de la maladie et contribue au rétablissement du malade.

Prévention 

382 000 nouveaux cas de cancers ont été recensés en 2018 en France selon une étude menée par l’Institut national du cancer.

Par ailleurs, l’agence d'expertise sanitaire et scientifique en cancérologie indique que 41 % de tous les nouveaux cas de cancers peuvent être prévenus en modifiant son mode de vie.

Si tabac constitue le premier facteur de risque modifiable, suivent la consommation d’alcool, l’alimentation, l’obésité ou encore les rayons ultraviolets



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -