Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Animation et projet de vie - Projet d'animation et projet de vie

Temps de lecture 3 min

0 commentaires

Projet d’animation et projet de vie

Animer, c’est associer qualité de vie et qualité de soins, c’est créer un climat, un état d’esprit. C’est donner le goût de vivre.

Toute institution gériatrique, quelle que soit son appellation, est une structure de vie collective qui demande beaucoup de qualités humaines à ceux qui y travaillent et aussi beaucoup de compétence face aux impératifs économiques.

Mais faire des lits”, suivant une expression administrative explicite,ne doit pas passer avant le souci de la qualité de la vie de ceux qui les occupent.

Il s’agit bien là d’animation au sens global du terme : c’est à dire assurer une vie quotidienne décente aux résidents, vingt quatre heures sur vingt quatre, en favorisant des relations sociales à l’intérieur et à l’extérieur. Et ce, quel que soit le handicap, de manière à ce que l’institution soit un vrai lieu de vie ou mieux, un lieu de vraie vie.

L’animation ne consiste pas qu’en une activité de loisirs. C’est essentiellement un outil de restauration, de maintien et de développement de l’autonomie du résident.

On se rend très vite compte que l’animation peut être un instrument actif de prévention de la dépendance, de l’enfermement en soi, de la grabatisation”. C’est pourquoi le projet d’animation doit être inséré dans le projet de vie et s’adapter au fil du temps.

C’est l’affaire de tous : le directeur, le personnel, les personnes âgées elles-mêmes, les familles.

Lire la suite
Quelques principes généraux d’animation liés au projet de vie
Le rôle de l’animateur

Quelques principes généraux d’animation liés au projet de vie

Animer c’est communiquer

Les personnes âgées vivent un ralentissement de leurs modes de communication, une diminution de la mémoire d’évocation, des déficits sensoriels, notamment de l’oreille.C’est pourquoi il est bon de leur parler lentement sans crier, d’être précis, d’expliquer. Chaque génération utilise des mots différents, par exemple. Certains disparaissent, d’autres prennent un autre sens… Communiquer devient difficile mais indispensable.

Animer c’est parler

La stimulation du langage au moment des soins, de la toilette, de l’habillage, des repas doit être une préoccupation constante. Parler est un soin. Parler, cela fait du bien.C’est pourquoi dans certains établissements ont été instaurés des groupes de conversation, appelés aussi groupe de langage. Dans ces groupes, limités en nombre de participants, se mêlent hommes et femmes, personnes lucides et désorientées, soignants de toutes sortes. Un animateur bien formé à la conduite de réunion mène les débats sur des sujets divers et variés.Ces conversations, ces souvenirs parlés peuvent devenir support d’animation, par exemple par le biais d’expositions.

Animer c’est sourire, c’est regarder, c’est toucher

Sourire est un excellent moyen de communication. C’est une première indication d’échange.Il est aussi important que le personnel connaisse bien les possibilités visuelles de chacun, et n’hésite pas par exemple, à écrire en grosses lettres.Au-delà du regard, il reste le toucher. Il faut bien voir l’importance de la main tendue aux personnes âgées, l’importance des apaisements, des effleurements.

Retour au sommaire

Le rôle d’un animateur

Le personnel dans son entier a des tâches au sein du projet d’animation, lui-même inséré dans le projet de vie. Les aides-soignants exercent même quelquefois, par exemple, leurs talents de musiciens ou de bricoleurs, en plus de leurs activités, en accord avec leur direction.

Certains établissements décident en plus de faire appel à un animateur spécialisé, quelquefois titulaire d’un diplôme spécifique.

Mais quelles que soient ces compétences techniques, l’animateur doit avoir des capacités personnelles adaptées : empathie, débrouillardise, autonomie et créativité. L’intégration d’un animateur dans une équipe peut générer des tensions.

Pour faciliter cette intégration, il est capital de redéfinir les attributions et les responsabilités de chacun. Tout au long de la journée, l’animateur doit être totalement intégré à l’équipe de soins. Son poste doit être toujours en accord avec le projet de vie.

Pour en savoir plus, consulter notre dossier consacré au métier d’animateur en gérontologie.

Retour au sommaire

Partager cet article

Sur le même sujet