Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La polymédication - Les conséquences de la polymédication (*)

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Les conséquences de la polymédication (*)

La prescription pluri-médicamenteuse concerne le plus souvent le patient âgé en raison de la fréquente polymorbidité et polypathologie qui le caractérisent.

Elle rend compte de l’incidence élevée des pathologies iatrogéniques. Elle majore en outre les risques de défaut d’observance à l’origine possible d’une sélection aléatoire des médicaments et donc d’échecs thérapeutiques.

Elle est également à l’origine d’un coût économique élevé résultant des dépenses pharmaceutiques qu’elle engendre et du coût généré par ses conséquences (défaut d’observance et pathologies iatrogéniques).

De nombreuses études soulignent que l’incidence des effets indésirables des médicaments est corrélée à l’âge et au nombre de médications prescrites. Les pathologies iatrogéniques représentent ainsi entre 5 et 10 % des motifs d’hospitalisation après 65 ans et plus de 20 % d’entre-eux après 80 ans.

Cette fréquence élevée des effets indésirables des médicaments survenant chez les personnes âgées et dont témoignent les études épidémiologiques résulte : 

  • des conséquences du vieillissement physiologique sur le métabolisme des médicaments,
  • de l’intrication complexe sur ce terrain des pathologies chroniques ou aiguës (polypathologie) et de leurs conséquences sur le métabolisme des médicaments,
  • et de la polymédication.
La plupart de ces conséquences sont en effet évitables si l’on identifie au préalable les patients, les situations et les médicaments à risque.

Parmi les moyens permettant d’optimiser les prescriptions il faut plus particulièrement mettre l’accent sur l’évaluation du rapport bénéfice-risque, la réévaluation et la réactualisation régulière des prescriptions au long cours, la hiérarchisation des pathologies selon leur évolutivité et des thérapeutiques selonleur impact symptomatique, étiologique ou préventif et l’indication fondée de thérapeutiques non médicamenteuses.

Partager cet article

Sur le même sujet