Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La polymédication - Après la prescription: l'évaluation

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Après la prescription : l’évaluation

  • L’évaluation régulière du traitement est particulièrement importante chez la personne âgée. Elle peut conduire à adapter la posologie, voire à arrêter un traitement. Le traitement est-il bien toléré ? Son action est-elle insuffisante ou excessive ? Le contexte clinique a‑t-il évolué ? L’indication est-elle modifiée ?
  • Savoir « déprescrire » est aussi important que savoir prescrire. Rediscuter la prescription lors de chaque ordonnance permet d’éliminer certains produitsdevenus inutiles, ou faisant double emploi. Une pathologie intercurrente peut aussi contre-indiquer transitoirement ou définitivement la poursuite d’un médicament antérieurement prescrit. Les traitements qui doivent être obligatoirement« pris à vie » sont très rares.
  • La bonne tolérance initiale à un médicament n’exclut pas le risque d’effetindésirable tardif, favorisé par une affection intercurrente ; Il faut donc programmer une surveillance clinique et paraclinique adaptée au traitement, en particulier si la marge thérapeutique est réduite (digitaliques, théophylline, anti-vitamine K). Les dosages plasmatiques sont souhaitables mais ne sont pas toujours facilement envisageables.
  • Acquérir le « réflexe iatrogène » : considérer tout nouveau symptôme commeun effet indésirable possible. 16 % des troubles cognitifs imposant une hospitalisation sont en fait liés à des médicaments éventuellement déjà prescrits pour d’autres troubles cognitifs psychotropes).
  • L’évaluation thérapeutique doit s’aider des informations obtenues auprès de l’ensemble des intervenants sur les soins donnés au malade (infirmières, pharmacien). A cet égard, le pharmacien est particulièrement bien placé pour connaître la personne âgée et les médicaments qu’elle prend sur prescription ou en automédication. Lui aussi doit expliquer et commenter clairement l’ordonnance lors de la dispensation. Sa vigilance est importante pour déceler d’éventuels effets indésirables rapportés par le malade et pour éviter l’automédication.
Partager cet article

Sur le même sujet