Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Maltraitance et personnes âgées - Maltraitance et souffrance - Ressemblances et dissemblances

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Maltraitance et souffrance — Ressemblances et dissemblances

Maltraitance et souffrance sont deux réalités humaines malheureuses, assez étroitement imbriquées. Il importe donc de les préciser l’une par rapport à l’autre.

Pour cela, il est nécessaire de partir des besoins fondamentaux de tout être humain. Ils s’étagent sur plusieurs niveaux :

- étage physique ou corporel, immédiatement perceptible ;
- étage psychique ou mental, beaucoup plus complexe, où s’intriquent, d’une part, les exigences du fonctionnement psychologique interne de la personne et, d’autre part, les relations se nouant avec l’entourage ;
- étage social où se réalisent les aspirations sociales du sujet.

Il convient de préciser que chacun de ces niveaux de fonctionnement de la personne interfère avec les autres. Le bien-être, certes relatif, de tout un chacun demande une satisfaction suffisante de l’ensemble de ces besoins. 

Les souffrances

Si cette satisfaction n’est pas obtenue ou est refusée, il s’ensuivra, à un degré variable, un mal-être et une souffrance qui pourront fort bien retentir sur tous les autres niveaux.

Une souffrance est donc souvent complexe avec une intrication de divers facteurs. Il est possible de distinguer plusieurs types de souffrances :

- des souffrances personnelles : maladies ou handicaps d’origine physique ou mentale, misère, logement inadapté, défaillances de l’entourage relationnel…
- des souffrances liées à l’institution : rigidité d’application des règlements ou des lois, défaillances organisationnelles de structures telles qu’une maison de retraite, un service de soins à domicile… Dans ces deux cas, les souffrances sont souvent vécues comme des maltraitances, mais aucun agresseur ne peut clairement être identifié.

Les maltraitances

La maltraitance est certes souffrance, mais occasionnée par l’action ou l’inaction d’une personne. La définition retenue par le Conseil de l’Europe en 1987 peut être rappelée : « La violence se caractérise par tout acte ou omission commis par une personne, s’il porte atteinte à la vie, à l’intégrité corporelle ou psychique, à la liberté d’une autre personne ou compromet gravement le développement de sa personnalité et/​ou nuit à sa sécurité financière ».

Bien sûr, comme toute souffrance, une maltraitance (assez souvent complexe et associant plusieurs types) retentira à différents niveaux de fonctionnement sur la victime.

Retour au sommaire du dossier

Partager cet article

Sur le même sujet