Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Maltraitance et personnes âgées - La non-visibilité du phénomène maltraitance. Pourquoi ?

Temps de lecture 3 min

0 commentaires

La non-visibilité du phénomène maltraitance. Pourquoi ?

La maltraitance des personnes âgées, déjà présente dans les ouvrages de grands auteurs (Balzac, Zola..) est aujourd’hui reconnue. Elle fut dernièrement encore mise en évidence lors d’interviews de personnes âgées en situation de dépendance. Pourtant ces personnes agées ne s’étaient jamais plaintes et l’entourage ne semblait pas avoir pris conscience de leur souffrance. Le rapport du nombre de victimes reconnues par une antenne d’écoute à celui des souffrances et des maltraitances estimé dans la population générale est très faible et semble inférieur à 1/1000. Comment comprendre la non dénonciation de tels faits, tant par les personnes âgées maltraitées elles-mêmes que par leur entourage ?

Quelques réponses peuvent être proposées :

1- la banalisation : « c’est comme ça et ça ne peut pas être autrement ». La victime estime que la situation de dépendance l’oblige à se contenter de ce que l’on peut lui donner. Rien ne peut changer lorsque l’on est devenu dépendant des autres.

2- la dénégation de la plainte, renvoyée comme illégitime : « vous vous plaignez de quoi au juste ? » . En fait, la victime ou la famille n’est pas écoutée ou bien elles ont le sentiment de n’avoir aucune prise sur la situation et constatent leur impuissance devant des comportements injustifiés. Il ne reste plus qu’à se taire.

3- le déni de la douleur morale qui est exprimée par des douleurs physiques variables ou un état de mal-être qui apparaît sous forme de troubles digestifs, d’insomnie, de fatigue…, sans cause décelable. La reconnaissance de ces faits ne peut être appréciée qu’après une écoute attentive.

4‑la peur de représailles (« Ils en seraient capables ! »)

5- la difficulté de faire un signalement aux autorités administratives ou médico-sociales (direction de l’institution, DGAS, police, justice…), surtout lorsqu’il ne s’agit pas d’actes délictuels assez évidents, mais de plaintes pour atteintes à la dignité et aux droits des personnes. On se dit : Cela suffit-il pour valider une plainte ?“

6- le retentissement émotionnel sur les victimes et leur entourage. La violence des sentiments sous-tendant les faits de maltraitance est importante. Que ce soit les acteurs, les témoins, ou les professionnels, le phénomène de la maltraitance peut en effet générer une véritable sidération et entraîner fuite ou impossibilité de prendre le recul nécessaire pour apprécier la réalité et prendre des mesures adaptées. Cette sidération peut aussi aller jusqu’au déni des faits. La maltraitance est donc un phénomène caché, honteux, tabou. Cette caractéristique colle à tous ceux qui la vivent ou l’approchent. Elle colle aussi à notre fonctionnement social qui peine à l’appréhender de manière adaptée. A ce niveau, on pourrait proposer une éducation-sensibilisation des témoins et proches, et surtout des professionnels travaillant pour des personnes âgées vulnérables.

Centres d’écoute ALMA
[vous pouvez maintenant contacter à la place le 3977, la fédération nationale de lutte contre la maltraitance]

Le fonctionnement d’un centre départemental Alma repose sur l’écoute téléphonique anonyme et bénévole d’appelants interpellés, d’une manière ou d’une autre, par des faits ressentis comme illégitimes et regrettables pour des personnes âgées.Cette écoute, assurée lors de permanences par deux écoutants ayant reçu au préalable une formation, est reprise dans un deuxième temps, parfois fort prolongé si l’appelant le permet, par une équipe de référents ou conseillers disposant d’une expérience pluridisciplinaire sanitaire, sociale et juridique.Le temps de travail sur un dossier permet de mieux cerner une situation.

Il s’agit, tout d’abord, de différencier la maltraitance (avec un agresseur identifié) de la souffrance due soit à une situation personnelle ( handicap, conditions de vie difficiles, maladie mentale, …) soit à une situation structurelle ( défaut organisationnel d’une institution, rigidité d’un cadre législatif ou réglementaire ).

Cette expertise du signalement par le référent du dossier, d’une part, et l’écoute des besoins et des attentes de l’appelant, d’autre part, conduisent à des conseils et une possible orientation (quand cela est nécessaire) vers des services adaptés à répondre ( services sociaux, sanitaires, juridiques, administratifs,…)

Alma ne juge pas. 

Alma propose mais ne se substitue jamais à l’appelant pour intervenir directement. Chaque appelant reste maître de ses choix et décisions. Quand l’équipe juge devoir joindre la victime présumée ou son entourage, son anonymat ne peut être levé qu’avec son accord

Retour au sommaire du dossier

Partager cet article

Sur le même sujet