Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vie sociale

Old Up : les éclaireurs du grand âge inventent leur rôle dans la société et racontent

Temps de lecture 6 min

0 commentaires

Pour continuer de donner du sens à l'avenir

Association créée pour une nouvelle génération de seniors septuagénaires « plus si jeunes, mais pas si vieux », qui refusent la mise à l’écart de la vie citoyenne, une génération qui n’a encore jamais été identifiée, ni prise en compte, ni sollicitée collectivement comme force vive, Old’Up se positionne dans les fonctions suivantes : aide d’aide et conseil, centre de réflexion, lieu de formation à la responsabilité citoyenne, promoteur d’initiatives pour et avec la génération des septuagénaires, levier de rassemblement en réseaux de cette génération prête à s’investir. 

Old’Up :


- accueille tous ceux qui refusent de « vieillir » sans agir autour d’eux.
- dialogue avec les organismes responsables de la qualité de vie de nos aînés.
- incite les ainés à réfléchir, à rester debout, à rester citoyen à part entière, à ne pas se laisser infantiliser.
- imagine des actions pour simplifier la mobilité des plus jeunes et des moins jeunes.
- met en relation des voisins qui s’ignorent trop souvent.
- organise des réunions pour faire des projets et trouver du sens à l’avenir.
- suscite des échanges et des actions entre les générations.
- mobilise les forces vives que les années n’ont pas éteintes.

Bernadette Malézieux-Dehon, 85 ans.

Je ne suis pas rien dans la société

BMD parle de l’association « Old Up qui donne à ses membres une meilleure envie d’être dans la vie », elle apprécie de s’y sentir attendue, même fatiguée, elle parle et apprécie cette intéressante forme de bénévolat qui lui fait comprendre et dire : « Je ne suis pas rien dans la société ».

Puis elle précise le travail qu’elle y fait, sur la solitude en particulier : question à laquelle il faut trouver des réponses, notamment dans les grandes villes où l’on peut se sentir paumé, surtout si l’on n’a pas beaucoup d’argent. Elle parle du bonheur que l’on ressent à se sentir utile en faisant des choses en commun, de la tristesse qui du coup disparaît, de son envie d’être passionnée jusqu’à la mort …
Paris, 3 mars 2011

François Besançon, 83 ans

Ma génération a un témoignage à donner au sujet de l’Europe

« Ma génération a un témoignage à donner au sujet de l’Europe : la réconciliation »
Accueil d’étudiants, Europe, lutte contre la drogue et le suicide, www​.parlersante​.fr, site internet qu’il a ouvert sur ces questions, nécessaire temps de transmission à prendre entre parents ou grands parents et enfants, enregistrement de la vie de sa grand-mère, participation à l’association Old Up, François Besançon, parle avec passion et dynamisme de ce qui le motive et des nombreuses réalisations de sa vie de retraité.
Paris, 3 mars 2011

Contact : fbesan@​gmail.​com

Marie Massardier, 86 ans

Je découvre tous les agréments de la vie

MM évoque la joie que lui procure cette 3ème partie de la vie de laquelle elle dit « Je découvre tous les agréments de la vie ». Elle parle de son engagement dans le bénévolat, du plaisir du don, du détachement, de sa passion pour la musique, de la richesse de sa vie sociale. Elle reconnait sa chance d’être en bonne santé notamment. Paris, 3 mars 2011

Colette Combin, 81 ans

Rester dans la vie, faire autrement, accepter

Venue à Old Up pour suivre Marie Françoise Fuchs, CC parle de son engagement dans l’association, des travaux auxquels elle participe mais aussi de l’impact de son vieillissement dans la vie quotidienne. Rester dans la vie, faire autrement, accepter.
Paris, 7 avril 2011

Contact : nanicomb@​orange.​fr


André Desplan, 85 ans

Je ne serai plus jamais aussi jeune qu’aujourd’hui

AD évoque sa recherche de travail, les circonstances de son entrée dans l’association Old Up, le plaisir qu’il trouve à y rencontrer des personnes de sa génération. Il s’exprime sur son propre vieillissement, sur ses craintes. « Je ne serai plus jamais aussi jeune qu’aujourd’hui »
Paris, 7 avril 2011

Contact : andre.​desplan@​orange.​fr

Christiane Blum-Talou, 85 ans.

Ne pas avoir d’idée fixe ; c’est idiot les idées fixes

CBT évoque sa vie dite” active puis un premier temps de retraite très actif encore dans le monde associatif puis en vient à la « retraite de sa retraite » au sein de l’association Old Up dans laquelle elle participe à plusieurs groupes de travail. Elle précise les travaux de prospective menés avec la Cité des Sciences et s’attarde en particulier sur sa participation au groupe intitulé « changer de lieu de vie » dans lequel elle transmet sa fâcheuse expérience qui l’a conduite à déclarer « C’est idiot d’avoir une idée fixe ! » et qui lui fait bénéficier des expériences et réflexions des autres participants.
Paris 7 avril 2011

Contact : cricblumtal@​gmail.​com

Geneviève Dollivet, 71 ans

Nos enfants ne nous voient pas tels que nous nous sentons

GD, 71 ans, apprécie d’être considérée « jeune » au sein de l’association « Old Up » dont les membres sont plus souvent des octogénaires. Elle y anime notamment un atelier « Nous et nos grands enfants ». « Nos enfants ne nous voient pas tels que nous nous sentons et avec nos désirs, nos activités … ».
Dans ces ateliers nous parlons de nos relations avec eux, du rôle qu’ils nous font jouer , de la place qu’ils nous donnent explique-t-elle mais aussi de transmission. « Que font-il de ce qui nous paraît précieux (idées, valeurs, biens, histoire familiale…)? ”
Dans le 14è arrondissement de Paris, où elle habite GD participe dans le cadre du Conseil des retraités bénévoles à des rencontres sur le thème « Vieillir intelligents » ;elle y représente Old Up” . Ces rencontres permettent de conserver du lien social et de créer des contacts, de les développer, de les enrichir en créant des réseaux. Elle signale aussi sa participation à l’atelier « Ecouter, entendre : quelles différences ? ». De ces différents groupes de réflexion et d’échanges, elle apprécie tout particulièrement la convivialité.
A propos de son avancée en âge GD indique avoir, avec son époux, pris les devants et s’être installée dans un quartier vivant, présentant toutes les commodités à portée de pieds” (transports, restaurant, cinéma, tous magasins, …) et dans un immeuble très accessible. « On peut y accéder en fauteuil, il est fonctionnel, on peut y vieillir longtemps ! ».

Contact : genevieve.​dolivet-​charpentier@​orange.​fr

Annie Danancher, 84 ans.

Le plus important pour bien vieillir, c’est de rester dans le coup !

AD était journaliste dans le milieu associatif. Pour elle « le plus important pour bien vieillir c’est de rester dans le coup » et dans le coup sur tout. « Tout m’intéresse ». Elle lit Le Monde chaque jour pour se tenir au courant sur tous les sujets. Elle s’investit particulièrement dans le domaine de la culture et des loisirs. A.D est aussi artiste. « J’ai fait beaucoup de collages et un peu de sculpture. Mais c’est lus difficile maintenant compte tenu de la difficulté à rester longtemps debout ». Elle signale avoir organisé une visite du musée d’art moderne pour les seniors du 10ème arrondissement de Paris. Dans l’association « Old Up » elle participe aux ateliers qui correspondent à son goût pour l’actualité, la culture, les loisirs.
En vieillissant « il est important de rester en état intellectuellement mais aussi physiquement » dit-elle en précisant qu’elle ne fume plus depuis longtemps, boit très peu, fait attention à ne pas grossir, s’informe sur ce qu’il faut faire pour rester en forme et fait beaucoup d’activité physique (marche, gymnastique). « Il faut apprendre à bien vieillir !»

Contact : annie.​danancher@​wanadoo.​fr

Partager cet article

Sur le même sujet