Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vie sociale

Lutter contre la solitude

Temps de lecture 3 min

0 commentaires

La sociabilité est une dimension fondamentale du bien vieillir. Des relations d’amitié suivies, des rencontres régulières sont source d’enrichissement personnel, d’estime de soi, de plaisir. Mais de nombreux Français, notamment après 60 ans, souffrent de solitude.

Les études de l’Insee montrent que les relations avec autrui sont la partie de la vie humaine qui, avec la montée en âge, subit les plus fortes évolutions.

  • Le passage de la vie active à la retraite engendre une perte totale ou progressive des contacts professionnels. Cette rupture a souvent commencé vers 55 ans, en raison du chômage ou de la préretraite. Une période ouvent vécue perturbante qui nécessite une réorganisation d’un style de vie autrefois structuré par le métier.
    Pour compenser, nombre de seniors plongent dans la vie associative et le bénévolat. Rester utile est une manière de donner du sens à son existence. C’est aussi un temps mis à profit pour resserrer des liens avec le voisinage. Avec la possibilité de cumuler un revenu d’activité et une retraite, une part croissante des jeunes retraités maintient un lien avec la vie professionnelle.

  • Entre 65 ans et 70 ans, avec l’arrivée des petits-enfants, les relations avec la descendance s’intensifient encore, les rares contacts maintenus avec les collègues fléchissent, les relations avec les commerçants se maintiennent et les relations de voisinage se renforcent parfois.

  • La sociabilité des hommes et des femmes est d’intensité différente. Après soixante ans, les femmes conservent un réseau de relations plus dense que les hommes. De 70 ans à 75 ans, ce sont les contacts amicaux des femmes qui faiblissent, ceux des hommes ne fléchiront que quelques années plus tard. Mais après 70 ans, les relations sociales des femmes et des hommes sont généralement réduites aux contacts avec les enfants et petits-enfants.

  • Une bonne part de la réduction des relations sociales est due aux décès successifs des connaissances. Des handicaps physiques ou mentaux contribuent à cet éloignement. La difficulté à se déplacer, la douleur n’incitent pas à quitter son domicile.

  • Les nouvelles technologies fournissent en revanche des outils pour maintenir le lien. Le téléphone portable, la tablette tactile pallient le contact physique et permettent à des personnes reclues à domicile de se voir et d’entretenir des conversations et des relations sociales.

Des millions de Français se sentent seuls

Huit millions de personnes vivent seules en France (veuves, veufs, personnes âgées sans enfants…), ce qui ne signifie pas qu’elles ont une vie solitaire. On peut vivre seul et se sentir très entouré par ses enfants, ses amis.

Selon les travaux menés par la Fondation de France, la solitude touche 4,8 millions de personnes. Plus d’un Français sur dix (11% en 2011, 9% en 2010) ne disposent d’aucun réseau de sociabilité et peuvent donc être considérés comme objectivement seuls.

On est seul de plus en plus jeune : la proportion des 30 – 39 ans est de plus en plus importante et passe en 2 ans de 3 % à 9%. L’âge moyen des personnes isolées passe de 59 ans à 54 ans.

Selon les Petits frères des pauvres, 300 000 personnes de 60 ans et plus seraient même en situation de mort sociale”.

Or la solitude a des conséquences sur la santé. Les études médicales sur le sujet montrent que la perception de sa propre solitude accroit la dénutrition (perte du plaisir à s’alimenter), accroit le risque de décès prématuré autant que la tabac.

Lutter contre la solitude

Pour sortir de cette solitude, des initiatives locales, régionales, nationales existent :

Partager cet article

Sur le même sujet