Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

6ème colloque sur les Approches non-médicamenteuses de la maladie d'Alzheimer les 14 et 15 novembre 2013 à Paris - Présentation

Temps de lecture 19 min

0 commentaires

Présentation

Amphithéatre colloque alzheimer 2013

Le 6ème colloque international sur les approches non médicamenteuses de la maladie d’Alzheimer organisé par Agevillage et le réseau des formations Humanitude a une nouvelle fois réuni un millier de professionnels du Prendre soin à la Cité des Sciences, les 14 et 15 novembre 2013.

Nous vous proposons de retrouver dans ce dossier, les allocutions ou interviews filmées des intervenants ainsi que les abstracts des actes du colloque paru dans la revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013.


Consultez notamment l’édito d’Annie de Vivie : Les approches non médicamenteuses sont désormais incontournables !

Michèle Delaunay avec Rosette Marescotti et Annie de Vivie

Au programme de ces deux journées riches et intenses, plus particulièrement axées sur l’architecture et le cadre de vie :
Introduction
Michèle Delaunay salue l’engagement des professionnels

Philosophie avec…

Jesus Sanchez, Danielle Rapoport, Martyne-Isabel Forest, Eric Fiat

Cadre de vie avec…
Delphine Labry, Philippe Crône, Laurent Farag, Stéphane Adam, Anne Saint-Laurent, Nathalie Louis, La Maison de l’Amitié à Albi, l’Hôpital privé gériatrique des Magnolias à Ballainvilliers, Karim Aksas, Laurent Hirsch, Kevin Charras, John Zeisel, Édouard Laubies

Expériences innovantes avec…
François Balta, Corinne Prat, Kees Theeuwes, Pr. Pierre Krolak-Salmon

Prendre soin
Rosette Marescotti et Yves Gineste, Gérard Ribes, Laurence Ducouret, Catherine Péruchon

Conclusion et point de vue des grands témoins du colloque
Pr Emmanuel Hirsch, Paulette Guinchard, Maryvonne Lyazid, Rosette Marescotti et Yves Gineste

La présentation du label humanitude et les lauréats du prix lieux de vie, lien d’en-vie.

Des bonus : générique, exposition instants de vie, interludes par le théâtre de Babelle

Toutes les vidéos du colloque

Introduction par Michèle Delaunay

Michèle Delaunay

Madame Delaunay, Ministre en charge des personnes âgées et de l’Autonomie, a salué l’engagement des professionnels et annoncé le lancement officiel de l’élaboration de la loi autonomie.

Retrouvez notre article sur l’intervention de Michèle Delaunay en ouverture du colloque

Retour au sommaire

Philosophie

La protection sociale : un de nos fondements historiques et citoyens

Jesus Sanchez
, historien, Université de Toulouse IEP
- Histoire de la protection sociale
- Droits de l’homme, des citoyens


La République sociale est un concept qui peut sembler abstrait. Pourtant il s’agit d’une conception historique et politique du vivre ensemble ou de la « communauté de destin », ce construit repose sur des valeurs.

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article


Danielle Rapoport

La Bien-traitance : de l’aube de la vie au soir de

l’existence
Danielle Rapoport
, psychologue clinicienne, fondatrice de l’association « Bien-Traitance, formation et recherches »
- Histoire des soins
- Techniques de prendre soin à tous les âges de la vie
 — Notion de Bien-Traitance

Le néologisme de bien-traitance, qui a émergé dans la langue française au début des années 90 au sein du Comité de pilotage de l’«Opération Pouponnières », peut nous aider à affronter la transition épidémiologique considérable à laquelle nous sommes confrontés, devant l’ampleur des mutations économiques et culturelles liées à l’avancée en âge. Orthographié avec ce trait d’union qui marque l’unité de l’être humain de l’aube de sa vie au soir de l’existence et la valeur humanisante de toute interrelation, le concept de bien-traitance intègre aux relations de soins, et dans la noblesse méconnue du quotidien, le respect de la vie psychique de toute personne âgée, partenaire actif de son histoire, en quête de sens et de liberté intérieure quelle que soit sa vulnérabilité.

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Danielle Rapoport


Martyne-Isabel Forest


Respect des droits de la personne à la liberté, à l’autonomie et à la sécurité — réflexions sur ce « dilemme crucial »

Me Martyne-Isabel Forest, LL.M., juriste, médiatrice et éthicienne clinique, directrice des Affaires Juridiques, Réseau international francophone Vulnérabilité et Handicap

La question de savoir si le recours à des mesures de contrôle viole les droits à la liberté ou à la sécurité d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou de maladies apparentées est toujours très actuelle. Elle repose à de rares exceptions près sur une perspective dualiste des droits dont il est cependant difficile de sortir dès lors qu’on ne peut penser différemment ce dilemme à la fois complexe et douloureux. La mesure de contrôle constitue-t-elle une punition ou une protection ? Son utilisation correspond-t‑elle à une façon habituelle de faire, parce qu’on ne sait pas, parce qu’on ne peut pas faire autrement et mieux pour toutes sortes de raisons ou, au contraire, est-elle le fruit d’une décision professionnelle mûrie, solidement fondée ?

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Martyne-Isabel Forest


L’éthique des pratiques quotidiennes

Eric Fiat


Eric Fiat, maître de conférences en philosophie, responsable du master d’éthique médicale, Université Paris-Est Marne la Vallée
Données et repères philosophiques

Nourrir un homme ce n’est pas que remplir un ventre, laver une femme ce n’est pas la même chose que laver une chambre : dans les deux cas, il s’agit d’honorer une personne. Privé de la possibilité même d’exprimer sa reconnaissance, comment les personnes lourdement handicapées pourraient-elles se sentir encore membre de la communauté des hommes, et ne pas en tirer les conséquences ? Alors, veillons à ce que ces personnes reçoivent jusqu’au bout l’abri d’une maison qui ne soit pas qu’un logement, mais leur coin du monde, entre le ciel dont ils viennent peut-être, et la terre où bientôt sans doute il leur faudra bien aller…

Télécharger le texte d’Eric Fiat en pdf : La maison, entre le ciel dont je viens peut-être, et la terre où je vais sûrement (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).


Retrouvez notre article et la vidéo de l’intervention d’Eric Fiat

Retour au sommaire

Cadre de vie

Pour une meilleure qualité d’usage des structures d’accueil des malades Alzheimer

Delphine Labry, chef de projet, Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques (Certu)
- Locaux et aménagements des structures d’accueil de malades d’Alzheimer
- Qualité d’usage
- Recommandations

L’accueil des malades d’Alzheimer dans des unités spécialisées constitue un enjeu majeur de la prise en charge. La conception de ces bâtiments, si elle répond aux enjeux de la qualité d’usage, peut contribuer à une amélioration significative de la prise en charge des malades. Dès lors, il s’agit de répondre au mieux aux besoins et attentes des résidents, de leurs familles, et du personnel, tout en opérant les arbitrages nécessaires, dans une démarche visant une cohérence globale.

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Delphine Labry



Philippe Crone

Le concept d’ambiance sociale

Philippe Crône, animateur, formateur, directeur d’IGM Animation
- Concept d’animation sociale : ambiance socio-culturelle
- Animation solidaire

Comment créer une ambiance socio-émotionnelle et une animation solidaire qui puissent profiter à chacun des résidents en ehpad ?

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Philippe Crône





Stephane Adam et Laurent Farag

Intérêt d’une lumière modulée dans l’aménagement des lieux de vie réservés aux personnes âgées atteintes de démence : de la théorie à la pratique

Laurent Farag, orthophoniste, aspirant éthicien, Cliniques de l’ISoSL, Site du Pèrî , Liège, Belgique
Stéphane Adam, docteur en psychologie, Unité de Psychologie de la Sénescence, Université de Liège, Belgique

- Lumière modulée
- Aménagement des espaces
- Physiologie, chronobiologie et comportement

Parmi les approches non-pharmacologiques, les aménagements environnementaux occupent une place importante. Ils aident à l’orientation spatiale et temporelle, donnent à la structure de soin un caractère accueillant et rassurant, contribuent à la qualité de vie générale des résidents. La lumière, en plus d’être un élément constitutif de cet environnement « friendly », est un synchroniseur puissant de notre horloge biologique. L’apprivoiser pour en faire une thérapeutique douce agissant tant sur l’orientation que sur l’humeur et le sommeil serait sans conteste une avancée significative dans le champ des approches « hors médicament ».

Télécharger le texte de leur intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Laurent Farag et Stéphane Adam


Déficit visuel et auditif : guide pour l’adaptation des établissements médico-sociaux et sanitaires

Anne Saint-Laurent et Nathalie Louis

Anne Saint-Laurent, directrice de l’action sociale, Fédérations Agirc et Arrco
Nathalie Louis, ergonome, Accès-Cité Mutualité Française Anjou Mayenne

- Conséquences fonctionnelles liées au vieillissement
- Les points de vigilance : éclairage, sources sonores, contrastes
- Aménager les espaces de vie collectifs et privatifs

Moins bien entendre, moins bien voir : c’est une grande banalité lorsque l’on avance en âge. En établissement de retraite, les déficits visuels et auditifs pénalisent pourtant insidieusement le quotidien des résidents comme celui du personnel. L’action sociale des régimes de retraite complémentaire Agirc et Arrco, en partenariat avec la Mutualité Française Anjou Mayenne, diffuse un guide de préconisations très concrètes pour l’adaptation des établissements médico-sociaux et sanitaires aux déficiences sensorielles.

Télécharger le texte de leur intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Consulter également notre article sur le guide de bonnes pratiques pour adapter les établissements médico-sociaux aux déficiences sensorielles des personnes âgées.

Retrouvez notre article et l’interview de Anne Saint-Laurent et Nathalie Louis

Architecte et directrice de la maison de l'amitié à albi

Quand l’architecte rencontre les résidents et les équipes soignantes

- Projet d’établissement, projets architecturaux, projet de soin
- Caractéristiques des métiers : maitrise d’oeuvre, maitrise d’ouvrage, architecte, soignants
- Structuration des espaces, points de vigilance

La Maison de l’Amitié, Albi (81) : Nicole Camboulive, directrice, Pascal Anglès, architecte DPLG, Magali Fieffé, gouvernante

Télécharger le texte de leur intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview d’équipe de La Maison de l’Amitié, Albi (81)


Laurence Luquel, isabelle agostino

Éthique, services basés sur les nouvelles technologies, expériencesLaurence Luquel, médecin-chef, Hôpital privé gériatrique des Magnolias, Ballainvilliers (91)

Isabelle Agostino, responsable du pôle médico-social, Hôpital privé gériatrique des Magnolias, Ballainvilliers (91)

Retrouvez notre article et l’interview de Laurence Luquel et Isabelle Agostino

Ethique, technologies, autonomie, habitat : retour d’expérience à l’Hôpital Privé Gériatrique Les Magnolias
PAR E. GAUSSENS, L. LUQUEL, I. AGOSTINO-GASCHARD, L. HIRSCH, I. PELÉ
Télécharger le texte de leur intervention en pdf
(revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).


Karim Aksas, laurent Hirsch




Karim Aksas, managing director Vigilio TeleMedical


Laurent Hirsch, vice-président Link Care Services









Principes théoriques et modalités d’application pour l’aménagement des lieux de vie des personnes malades Alzheimer

Kevin Charras

Kevin Charras, responsable du pôle Interventions Psychosociales, Fondation Médéric Alzheimer
- Démarche d’évaluation
- Pluridisciplinarité
- Études de cas

L’environnement a d’autre fonction que celle de la simple décoration et va au-delà des briques et du mortier. Pourtant loin d’un objectif d’accompagnement de type hospitalier, ces environnements architecturaux n’en sont aujourd’hui pas moins médicalisés.
Trop souvent pensé sans consulter les principaux usagers, les espaces d’accueil pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer méritent une attention particulière qui réunisse tant les professionnels que les familles et leurs proches institutionnalisés.
L’adaptation du bâti passe par une recherche d’adéquation entre les usagers, le projet d’établissement et le projet architectural.

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Kevin Charras


John Zeisel

Huit critères de design d’environnement pour les personnes malades Alzheimer

Dr John Zeisel,
président et co-fondateur de Hearthstone Alzheimer Care
- Le design d’environnement
- Critères recommandés

Huit critères de performance environnementale pour soutenir les soins de la démence centrée sur la personne : contrôle des sorties, espaces de circulation, espaces privatifs, espaces communs, jardins thérapeutiques, ambiance résidentielle, les cinq sens, indépendance et « empowerment ».

Télécharger le texte de son intervention paru dans les actes du colloque 2013

Retrouvez notre article et son interview


Edouard Laubies

Un, deux, trois… EHPAD : les enseignements à chaque projet

Édouard Laubies, PDG du groupe Odyssenior
- Création d’Ehpad : du projet à la réalisation
- Évaluation et évolution à chaque projet

Pour bien construire, il faut exploiter !
Le regard des professionnels de terrain sur leur outil de travail détermine les choix pertinents d’un EHPAD fonctionnel.
Avec sept constructions successives de 76 à 110 lits, le groupe Odyssenior a pu expérimenter les différents choix pris en matière d’architecture et d’aménagement.
Grâce aux constructions successives, les opportunités se sont succédées pour améliorer l’ergonomie des bâtiments.
L’ouverture puis l’exploitation de ces établissements a permis d’expérimenter de nouvelles approches concernant l’agencement des espaces ; et a aussi permis de concentrer les efforts vers une architecture au service du projet de vie.

Télécharger le texte de son intervention paru dans les actes du colloque 2013

Retrouvez notre article et son interview

Retour au sommaire

Expériences innovantes

Un regard systémique sur la notion de dépendance
François Balta, psychiatre et formateur
- Approche systémique
- Dépendance et autonomie

À partir d’une compréhension relationnelle systémique, la dépendance peut être pensée comme forme de l’inévitable interdépendance des êtres humains. Le monde individualiste et compétitif actuel conduit à une rupture intergénérationnelle et à un rejet des personnes dépendantes, improductives et coûteuses ! Notre hypothèse est que ceci va de pair, malgré un jeunisme
de façade, avec une haine de la jeunesse. Les trois lectures des échanges, complémentaires et antagonistes, que propose l’approche systémique (le don, le marché et l’Etat) peuvent nous permettre de remettre en perspective notre compréhension, et
nos décisions, face à la complexité de ces situations dites « de dépendance ».

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de François Balta.

Socio-esthétique : pour un autre vécu du corps

Corinne Prat

Corinne Prat, socio-esthéticienne, Cours d’esthétique à option humanitaire et sociale (CODES)
- Socio-esthétique
- Articulation avec les soins

Un des effets les plus frappants chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, en perdant la mémoire, c’est le retentissement sur leur identité. Les contacts physiques chez ces personnes sont rares, en dehors des soins de nursing ou des soins médicaux. En institution, les contraintes liées à la charge de travail nous empêchent de respecter les désirs des résidents notamment par rapport au rythme et à l’intimité nécessaires au bon déroulement de la toilette. En effet, où commence et où finit la toilette ? Chacun a une conception différente ; ce n’est pas seulement se laver, se raser, mais une multitude de petits détails personnalisés qui feraient que chaque personne est unique : l’application d’un rouge à lèvres, une manucure, l’application d’une crème sur le visage, une attention au choix des couleurs… La socio-esthétique s’inscrit dans le projet de vie établi par les équipes pluridisciplinaires et permet un accompagnement complémentaire des soins aussi bien sur le plan physique que psychologique. L’idée est de créer, dans un espace non médical, des relations centrées sur le plaisir de prendre soin de soi, de restaurer une image de soi.

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Corinne Prat.


Kees Theeuwes

As normal as possible
Kees Theeuwes, director Woonzorgcenturm Padua in Tilburg, Pays-Bas
- Programme Care Hospitality
- Classification en « étoiles »

Retrouvez notre article et l’interview de Kees Theeuwes









Recommandations européennes du programme Alcove pour les malades Alzheimer

Pierre Krolak

Pr. Pierre Krolak-Salmon, gériatre, neurologue, CHU Lyon, Université Lyon 1
- Programme Alcove
- Interventions psychosociales et non-pharmacologiques
- Droits des personnes malades

Le programme européen ALCOVE est né de la volonté des États membres de l’Union Européenne de partager connaissances et expériences sur la maladie d’Alzheimer et maladies apparentées afin de produire des recommandations consensuelles de santé publique. Sur la base d’une méthode collaborative entre 19 pays participants, en coopération avec les autres réseaux européens dont Alzheimer Europe, ont été produites des recommandations fondées sur l’analyse de la littérature et sur des enquêtes européennes. Ces 53 recommandations de santé publique portent sur l’épidémiologie, le diagnostic, les troubles du comportement et l’éthique. Une boîte à outils a été produite pour réduire la surprescription des neuroleptiques auxquels sont exposées les personnes malades. L’ensemble des recommandations ALCOVE est disponible sur le site alcove-project. eu.

Télécharger le texte de son intervention en pdf (revue de gériatrie et gérontologie — octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Pierre Krolak-Salmon.

Retour au sommaire

Prendre soin

Humanitude : une philosophie au service du cadre de vieRosette Marescotti et Yves Gineste,
co-concepteurs de la philosophie de l’Humanitude- Philosophie de soin de l’Humanitude- Comportements d’agitation pathologique- Techniques de prendre soin

Pour assurer la santé des personnes, les soins de base doivent être réalisés au bon niveau de soin : améliorer, conserver, ou accompagner, et tenter de ne jamais nuire à la santé.


Télécharger le texte de leur intervention en pdf (paru dans la revue de gériatrie et gérontologie en octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Rosette Marescotti et Yves Gineste.


Gerard Ribes

Sexualité au grand âge : idées reçues
Gérard Ribes, médecin, psychiatre, sexologue, professeur associé à l’université Lyon 2
- Sexualité et vieillissement
- Réalités en institution, à domicileLes représentations sociales même si elles commencent à évoluer inscrivent l’âgé dans une conduite d’abstinence sexuelle. Il n’existe pas une vieillesse, mais des vieillesses, ancrées dans une histoire, dans une époque et une culture. Penser la sexualité, c’est penser l’individualité. C’est risquer des projections, c’est mettre en place des mécanismes de défense, car la sexualité de l’âgé interroge la sexualité des générations précédentes.

Télécharger le texte de son intervention en pdf (paru dans la revue de gériatrie et gérontologie en octobre 2013).

Retrouvez notre article et l’interview de Gérard Ribes.


Laurence Ducouret et Catherine Péruchon

Des sex toys en maison de retraite ? Retour d’expérience
Laurence Ducouret, directrice
Catherine Péruchon, cadre de santé
Ehpad Les Capucines, Civray (86)
- Évaluation d’une situation
- Recommandations

Depuis 2007, l’établissement est dans une dynamique de réflexion et de conduite au changement sur les pratiques professionnelles.
La philosophie de l’Humanitude®, fil conducteur du projet d’établissement, a permis aux professionnels d’entamer ce processus d’évolution et d’ouverture de l’état d’esprit général : exemple avec un cas concret.

Télécharger le texte de leur intervention en pdf (paru dans la revue de gériatrie et gérontologie en octobre 2013).

Retrouvez notre article et leur interview.

Retour au sommaire

Conclusion et point de vue des grands témoins du colloque

Conclusion du Pr Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale, Université Paris Sud,


Conclusions de :
Paulette Guinchard
, présidente de la CNSA
Maryvonne Lyazid, adjointe du défenseur des droits,
en charge de la lutte contre les discriminations et la promotion de l’égalité
Télécharger le texte de Paulette Guinchard et Maryvonne Lyazid
Non le médicament ne règle pas tout ! par P. Guinchard
Les personnes âgées et les droits fondamentaux par M. Lyazid

Rosette Marescotti et Yves Gineste,
co-concepteurs de la philosophie de l’Humanitude
Pr Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale, Université Paris Sud
Annie de Vivie, fondatrice d’Agevillage




Retour au sommaire

Les bonus : générique et exposition instants de vie

Exposition Instants de vie


Exposition Instants de vie

Les professionnels de la résidence René Marion ont réalisé une exposition de photographies sur la vie en Ehpad. Cette exposition a été présentée lors du 6ème colloque sur les approches non médicamenteuses de la maladie d’alzheimer, qui s’est tenu à la Cité des sciences de la Villette à Paris les 14 et 15 novembre 2013.

Ce projet est né d’une envie simple : photographier la vie en EHPAD, des instants de vies de ces (vieilles) personnes. Ces photographies nous amènent à poser un instant notre regard sur la vie à la Résidence. Le spectateur est invité à partager quelque chose de ce qui se vit ici… à partager quelque chose avec ceux qui vivent ici !

Voir notre article et leur vidéo sur le colloque

Retour au sommaire

Les interludes du théâtre de Babelle

Prix lieu de vie, lieu d’envie et Label humanitude

Partager cet article

Sur le même sujet