Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Circuit du médicament en Ehpad : la bonne organisation -

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

La collaboration entre infirmières, médecins (coordonnateurs et traitants) et pharmaciens est nécessaire pour bien gérer le circuit des médicaments des résidents. Explications par un médecin gériatre et une pharmacienne d’Ehpad, à l’occasion des Assises Nationales des Médecins Coordonnateurs 2015.

Circuit du médicament en Ehpad : la bonne organisationLa préparation des doses à administrer (PDA) en Ehpad est une solution utile mais qui ne résout pas toutes les problématiques. Lors des Assises des médecins coordonnateurs et infirmières coordinatrices, une pharmacienne (le Dr Véronique Bertram, du groupe Domus Vi) et un gériatre (le Dr Jean-Marie Vetel, directeur de politique médicale au groupe Vendôme) ont donné de nombreux conseils pour permettre aux soignants de gérer le circuit du médicament en ehpad.

Nombreux questionnements
Où met-on les spécialités (sachets, gouttes, patchs…) qui ne sont pas placées en PDA ? Quels médicaments sont mutualisables ? Que faire avec les ordonnances comportant la mention « si besoin » ? Comment constituer un stock tampon ?
Telles sont les questions auxquelles ont essayé de répondre les deux experts.

Mutualiser… très peu
« Les médicaments d’un résident sont délivrés d’après une ordonnance nominative personnelle, et payés par la personne et/​ou sa mutuelle » rappelle le Dr Vetel. « Ils ne doivent pas être mutualisés. » Quelques exceptions peuvent néanmoins survenir si les prescriptions sont banales, très fréquentes, et concernent de nombreux résidents. « Cette liste doit être formalisée avec le médecin coordonnateur. Et restez en-dessous de 10 ! » recommande le Dr Vetel.

Chariot et boîtes individuelles
Tous les médicaments qui ne rentrent pas dans le blister de la PDA, les médicaments prescrits « si besoin » par le médecin traitant, et ceux à donner en cas d’urgence doivent être conservés dans des boîtes individuelles nominatives dans une salle dédiée. Et des chariots spécialement dédiés à cet usage doivent être utilisés pour le moment où l’infirmière donne les médicaments aux résidents. « Attention en particulier à ne rien laisser d’accessible sur le dessus du chariot » souligne le Dr Vetel.

Pas de stocks !
« Attention au moment du renouvellement de l’ordonnance » prévient le Dr Bertram. « N’hésitez pas à indiquer NPD’ (ne pas délivrer) sur celle-ci quand il reste des stocks dans la boîte individuelle du patient. Et pensez aussi à demander au médecin traitant de limiter les si besoin’. » Inutile par ailleurs de conserver des médicaments en surplus, « pour le cas où ».

Les médicaments d’urgence
Le médecin coordonnateur et l’infirmière coordinatrice doivent organiser ensemble un stock tampon, pour les médicaments à utiliser en cas d’urgence, pour les cas où la pharmacie ne sera pas accessible rapidement (soirs et week-ends). Des listes sont proposées par les Omédit, n’hésitez pas à vous y référer. Contrôlez ce stock tampon de façon trimestrielle avec le pharmacien dispensateur et reconstituez-le dès que vous y avez pioché.

Lire aussi nos articles :
Créer une fédération nationale d’infirmières coordinatrices : qui veut se lancer ?

Infirmière coordinatrice : fiche métier

Médecin coordonnateur : fiche métier

Partager cet article

Sur le même sujet