Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Approches non-médicamenteuses - "Prendre soin et milieux de vie" - 4ème colloque international 3 et 4 novembre 2011 - Recruter, motiver : tout un art ; témoignage de Nicole Camboulive, directrice, Claude Deutschmeyer, président, Magali Fieffe, gouvernante

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Recruter, motiver : tout un art ; témoignage de Nicole Camboulive, directrice, Claude Deutschmeyer, président, Magali Fieffe, gouvernante de la maison de l’Amitié, Albi

Résumé
La Maison de l’Amitié est un pôle gérontologique de proximité, un milieu de vie, où chacun a un rôle à part entière et une participation citoyenne. Manager un milieu de vie, c’est sortir de son bureau pour respirer l’air des couloirs et se montrer visiblement
présent. C’est aussi mettre en place une organisation pour un développement durable servie par une gouvernance claire.
Aucune personne ne peut accepter de disparaître au nom de « l’organisation ». Les solutions toutes faites n’existent pas. Chacun
trouve ce qui lui convient, l’expérimente, c’est la formation action, celle qui permet une remise en question permanente sans
culpabilité, et qui permet d’avancer dans les missions à accomplir.
Lire la suite

Nicole Camboulive, directrice de la maison de l’Amitié, d’Albi expose la définition et sa conception du management à partir du projet d’établissement : Permettre à chacun de continuer à vivre ce qu’il à a vivre à l’âge qu’il a dans une poursuite d’épanouissement personnel, d’accomplisement et d’équilibre de la vie et ceci dans le plein respect des individualités mais en s’appuyant sur un socle d’un collectif solide, bienveillant, dans une ambiance de solidarité“
La mission commune : garder des gens debout selon la démarche de soin de l’Humanitude que l’établissement à choisi d’appliquer. L’équilibre se fait sur la base d’un trépied : l’institution, les résidents, les familles. Tous doivent être de la même hauteur. Chacun a un rôle à jouer pour permettre au projet d’aboutir, Aucun ne doit jouer le rôle de l’autre poursuit Nicole Camboulive. 

Plus on donne plus on est grand “. Pour faire vivre le trépied la réciprocité doit être un a priori” fondamental qui va créer une obligation mutuelle et maintenir la relation. Le don est fondé sur des valeur de loyauté, fidélité, lien, appartenance. De la valeur spirituelle se crée, cela fait sens. Nicole Camboulive se réfère sur ce point à Marcel Mauss dans son Essai sur le don” qui développe le principe du Donner — recevoir — rendre”

Voir des extraits de l’intervention de Nicole Camboulive


Magali Fieffe, gouvernante à la maison de retraite de l’Amitié, explique l’originalité du processus de recrutement des personnels, l’accompagnement et l’évaluation des candidats en observation pendant deux jours, à l’issue desquels elle recommande ou non le recrutement de la personne en période d’essai. Ensuite elle aide à la construction d’un projet dans lequel au delà de l’accompagnement dans les gestes de la vie quotidienne la personne s’engage à tenir un atelier. Cet atelier est programmé dans les activités de la maison. Ceci favorise l’acceptation du nouveau” par les résidents et son intégration au sein de l’équipe. Elle précise que laisser place aux initiatives permet à chacun d’évoluer, de se révéler. Et, définissant son rôle, elle dit : Ecouter, aimer, expliquer, encourager, responsabiliser, rester humble”.

Voir des extraits de l’intervention de Magali Fieffe

Partager cet article

Sur le même sujet