Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Approches non-médicamenteuses - "Prendre soin et milieux de vie" - 4ème colloque international 3 et 4 novembre 2011 - La maison, entre le ciel dont je viens peut-être et la terre où je vais sûrement, Eric Fiat, maître de conférences en philosophie,

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

La maison, entre le ciel dont je viens peut-être et la terre où je vais sûrement, Eric Fiat, maître de conférences en philosophie, responsable du master d’éthique médicale, Université Paris Est Marne la Vallée (*)

Une maison … une chambre… un habit
En raison de sa pauvreté en instinct, l’homme le plus agité, le plus inquiet de tous les vivants a beaucoup de mal a trouver sa place dans le monde. L’instinct de l’animal lui fait trouver les chemins de sa vie. Nous venons à la vie sans mode d’emploi. L’homme va les devoir les inventer.
L’inquiétude animale est superficielle, il y a une « Pénardité » animale lance dans un des nombreux traits d’humour de son intervention Eric Fiat. L’animal sait qu’il va pouvoir se reposer dans son être par instinct, il sait pouvoir trouver les chemins de sa vie.
L’homme lui est un animal désorienté, ayant perdu l’orient, ils sont à l’ouest … et tellement qu’ils ont perdu le Nord !

Ecouter cet extrait de l’intervention d’Eric Fiat



L’homme supplée son manque d’instinct par des habitudes. La maison est le coin du monde entre le ciel et la terre, dit Gaston Bachelard.
La maison nous permet d’habiter le monde, c’est un endroit hétérogène dans lequel chaque lieu a son identité, son caractère : l’entrée, la cuisine, la chambre, la cave, le grenier.
Les logements où l’on voudrait mettre les êtres désorientés sont des lieux aseptisés, anonymes … L’homme est fait pour habiter une maison qui n’est pas qu’un logement. La chambre n’est pas qu’un dortoir…


Ecouter cet extrait de l’intervention d’Eric Fiat

Lire le texte de l’intervention d’Eric Fiat

Partager cet article

Sur le même sujet