Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Règlementation : le triage des DASRI - Comment réduire le danger tout en faisant des économies ?

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Comment réduire le danger tout en faisant des économies ?

Les DASRI ou déchets d’activités de soins à risques infectieux, issus de l’activité de professionnels, comportent leur lot de menaces pour l’hygiène et pour l’environnement. Il convient d’apporter l’attention nécessaire au triage de ces déchets potentiellement à risque.

La gestion des DASRI est d’ailleurs une obligation réglementaire, de leur production à leur destruction, stipule le Code de la santé publique (articles R 1335 – 2 à 8).

Au-delà du risque infectieux, ces déchets peuvent présenter un danger de toxicité ou peuvent être radioactifs. 

La collecte de ces déchets nécessite donc obligatoirement l’utilisation d’emballages spécifiques et homologués à usage unique.

Des emballages à dominance jaune où apparaissent le pictogramme danger biologique” ou matière infectieuse”, la mention « Déchets d’activités de soins à risques infectieux » et le nom du producteur.

Qu’est-ce qui est considéré comme DASRI ? 


  • Les objets coupants (scalpels, seringues, ampoules…)
  • Les produits ou matériels qui ont été en contact avec des fluides biologiques (pansements, poches de sang, perfusions, sondes…)
  • Les déchets de laboratoire
  • Les déchets anatomiques (kystes, prélèvements cutanés…)
  • Les déchets des patients présentant un risque infectieux

Quelles sont les bonnes pratiques pour traiter les DASRI ?


Le Conseil régional d’Île-de-France, en partenariat avec l’ARS Île-de-France, rappelle les bonnes mesures à mettre en place pour le traitement de ces déchets : 

  • Effectuer le tri à la source
  • Utiliser des conditionnements adaptés et conformes
  • Utiliser une zone d’entreposage spécifique et respecter les délais réglementaires d’entreposage
  • Prévoir une collecte par un transporteur agréé
  • Suivre la filière de l’enlèvement au traitement, par la formalisation de documents contractuels
  • Faire traiter les DASRI par incinération ou prétraitement par désinfection
  • Archiver les justificatifs de traçabilité

Une bonne gestion des DASRI est une obligation sanitaire mais peut aussi constituer une source d’économie pour l’établissement. Par méconnaissance ou par précaution, de nombreux déchets qui ne sont considérés comme DASRI sont régulièrement traités de la même façon.

Un meilleur tri peut donc engendrer une réduction des coûts. Le traitement des DASRI étant 10 fois plus cher que celui de simples déchets ménagers. 
Partager cet article

Sur le même sujet