Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comment évaluer les risques d'escarre ? -

Temps de lecture 1 min

0 commentaires
Phénomène fréquent chez les personnes âgées, l’escarre est une plaie liée à une immobilisation prolongée, que ce soit en position assise ou allongée. Voici deux outils qui permettent de prévenir les risques d’escarre.

Comment apparaissent les escarres ?


Causée par la pression ou le frottement de la peau engendrant une baisse de vascularisation, l’escarre commence généralement par une rougeur et peut ensuite évoluer en plaie pouvant aller jusqu’à l’os. 


Facteurs qui peuvent entraîner l’apparition d’escarres :

  • l’immobilisation au lit ou dans un fauteuil non adapté
  • une absence de changement de position régulière
  • un manque de soins de kinésithérapie
  • la dégradation de la sensibilité à la douleur
  • la présence de zones humides (incontinence, transpiration)
  • la dénutrition


Comment anticiper l’apparition d’une escarre ?


L’échelle de Norton est la plus utilisée dans les services de gériatrie pour déterminer les risques d’apparition d’une escarre chez un patient. En évaluant à partir de cinq items (notés de 1 à 4), la condition physique, l’état mental, l’activité, la mobilité et le degré d’incontinence du patient, l’échelle permet d’établir le risque de développer une escarre. 

Les patients obtenant un score de 14 ou moins seront considérés comme des patients à risques.

Utiliser l’échelle de Norton sur escarre​.fr

Plus récente, l’échelle de Braden comporte 6 items (perception des sens, activité, mobilité, humidité, alimentation et friction/​cisaillement) et prend en considération, contrairement à l’échelle de Norton, la notion de cisaillement, cause concomitante d’escarres. 

Pour l’échelle de Braden, les patients obtenant un score inférieur à 17 sont considérés comme des patients à risques.
Partager cet article

Sur le même sujet