Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

La réalité virtuelle au service des personnes âgées - Stimulation cognitive, lutte contre le stress, travail de la motricité...

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Stimulation cognitive, lutte contre le stress, travail de la motricité…

La réalité virtuelle consiste à simuler la présence de l’utilisateur dans un univers virtuel, par le biais d’un casque immersif. Son utilisation la plus commune est liée au divertissement mais cette technologie possède d’autres vertus, notamment pour les personnes âgées. Le point sur les différentes utilisations de la réalité virtuelle en établissement.


Combattre l’anxiété


Plusieurs startups se sont intéressées aux propriétés relaxantes de la réalité virtuelle. Au delà de l’utilisation purement ludique, cette technologie peut proposer une expérience sensorielle qui influe sur le stress et l’anxiété.

HYPNOVR parle même d’hypnose médicale pour évoquer l’expérience générée par leur solution. L’idée est de mettre à distance la douleur afin de réaliser un soin infirmier plus tranquillement ou de permettre la diminution de sédatifs en anesthésie. 

Pour ce faire et ainsi focaliser l’attention du patient ailleurs, le logiciel diffuse, dans le casque de réalité virtuelle, des images apaisantes issues d’un univers virtuel ou de prises de vues réelles. 

HYPNOVR utilise des environnements recréés, de fonds marins, d’une plage paradisiaque ou autre forêt bucolique, afin de proposer un climat le plus relaxant possible. 

De la même façon, Healthy Mind propose des solutions conçues en collaboration avec des médecins spécialistes et propose des immersions virtuelles dans des environnements 3D afin de relaxer le patient et détourner l’attention de la douleur. Une solution qui a déjà été adoptée par certains établissements korian.


Stimuler les fonctions cognitives 


My Cyber Royaume propose une gamme d’outils de santé, nommée Good Cells, conçue en collaboration avec le CHRU de Lille, l’université Lille 3, le Centre mémoire de Lille et LICEND (Lille Centre of Excellence for Neurodegenerative Disorders). 

Equipé d’un casque et de deux manettes, l’utilisateur arpente un univers virtuel mais familier où il peut agir comme bon lui semble ou participer à des serious games (jeux sérieux). 

Ces exercices ludiques permettent d’entretenir la motricité physique et stimuler les fonctions cognitives du patient. Des ateliers à réaliser en présence d’un thérapeute qui pourra utiliser les données stockées afin d’effectuer un suivi personnalisé. 

Une solution innovante pour accompagner les personnes souffrant de troubles cognitifs, stimuler la mémoire, améliorer la condition physique ou augmenter la concentration. 

L’offre Good Cells fonctionne par abonnement et comprend l’équipement et l’accès au logiciel.

Dans cette même logique SocialDream se sert de l’immersion virtuelle pour stimuler les fonctions cognitives de personnes atteintes d’Alzheimer et des maladies apparentées. Personnes relativement sensibles à la réalité virtuelle, pour lesquels cette technologie favorise les réminiscences et la redécouverte de sensations.


Autres utilisations


La réalité virtuelle peut aussi être utile dans le cadre d’une rééducation, pour travailler l’équilibre ou pour vaincre le syndrome post-chutes. 

En effet l’hôpital Paul Brousse a expérimenté l’utilisation du casque de réalité virtuelle pour permettre à des personnes âgées de vaincre leur peur de tomber à nouveau. 

Si la réalité virtuelle n’en est qu’à ses balbutiements en matière de soins pour les personnes âgées, cette technologie constitue déjà une solution non-médicamenteuse qui peut répondre à de nombreuses problématiques.
Partager cet article

Sur le même sujet