Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Vulnérabilité et fragilité selon Bertrand Quentin - Une conférence philosophique qui porte un autre regard sur la vieillesse

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Une conférence philosophique qui porte un autre regard sur la vieillesse

Bertrand Quentin, philosophe et maître de conférence, s’interrogeait en juin dernier sur la notion de vulnérabilité chez l’Homme dans le cadre du séminaire Ralentir travaux” de l’Ecole éthique de la Salpêtrière – Paris-Est. 


Spécialiste des questions éthiques autour du handicap et de la vieillesse, Bertrand Quentin a notamment reçu le prix 2013 de l’Académie des sciences morales et politiques pour son ouvrage La Philosophie face au handicap.


A l’occasion de cette conférence qui clôturait le séminaire, le philosophe s’est intéressé aux constituantes de la vulnérabilité chez l’homme et à ses différentes perceptions dans la société. 


Vulnérabilité ou fragilité ?


Si la frontière entre vulnérabilité et fragilité peut sembler assez fine, Bertrand Quentin nous expliquer qu’il existe une nuance qui a son importance, notamment lorsqu’il s’agit de qualifier une personne âgée dépendante.

La personne fragile est celle qui arrive à un âge, ou à une situation physique, où elle sera davantage susceptible d’un accident définitivement invalidant. 
La personne vulnérable serait dans une situation où elle est davantage que les autres susceptible d’être blessée.”

Une notion de vulnérabilité qui nous définit comme des corps temporairement valides. Nous sommes tous vulnérables, mais pas aux mêmes moments” poursuit le philosophe, qui rappelle ensuite l’incohérence d’une prise en charge universelle des personnes âgées puisqu’à un âge identique, chacun est différent. 


La reconnaissance des soignants


La vulnérabilité chez l’Homme, c’est donc celle des personnes âgées dépendantes, mais aussi de leurs proches, affectées et affaiblis par la situation et aussi, tout aussi importante bien que moins considérée dans la société, celle des soignants.

Eux qui sont quotidiennement exposés à la mort, à la maladie, qui doivent faire face, parfois, aux incompréhensions des familles et qui une obligation permanente de performance. 

Des situations récurrentes et une fatigue accumulée qui forcément laissent des traces et font des soignants des personnes vulnérables, peu reconnues. 

Une conférence riche qui aborde les perceptions juridiques, politiques et sociétales de la vulnérabilité, en prenant soin d’expliquer leur source et les enjeux liés.

Partager cet article

Sur le même sujet