Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Profession dramathérapeute -

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Discipline paramédicale, l’art-thérapie se décline en fonction des techniques artistiques utilisées : musicothérapie, danse-thérapie, édugraphie (calligraphie)… Cette semaine, focus sur le métier de dramathérapeute.

Principalement utilisée avec des personnes âgées de plus de 60 ans, l’art-thérapie progresse chaque année un peu plus en France, selon les chiffres de l’Afratapem. L’école d’art-thérapie de Tours observe notamment « une augmentation importante des financements publics et notamment des conseils départementaux et des Agences régionales de santé ».

Si l’art-thérapie s’appuie le plus souvent sur les arts plastiques et graphiques (39 % des techniques employées), les arts vivants (dans et théâtre) sont employés dans près d’un accompagnement en art-thérapie sur cinq.

En utilisant le théâtre, le mime, les marionnettes ou encore l’improvisation, la dramathérapie permet à la fois de prendre du plaisir à jouer, à monter sur scène dans une optique renarcissisante, mais aussi de travailler sur soi, de s’exprimer, de résoudre des problèmes…

Devenir dramathérapeute

Tout d’abord, il est essentiel de suivre une formation en art-thérapie reconnue par l’Etat, comme la Certification officielle d’art- thérapeute (titre RNCP) ou le DU d’art-thérapie.

Les art-thérapeutes qui souhaitent s’orienter vers la dramathérapie pourront ensuite suivre des formations complémentaires spécialisées.

Salaires et lieux d’exercice sont identiques à ceux des autres art-thérapeutes.

A noter : les dramathérapeutes ont leur association nationale, l’Association nationale de dramathérapie, qui organise notamment un colloque annuel.

Plus d’informations sur l’association


Pour aller plus loin

Partager cet article

Sur le même sujet