Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Horaires atypiques : osez la sieste ! - Explications et conseils pour lutter contre les effets néfastes du travail de nuit

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Explications et conseils pour lutter contre les effets néfastes du travail de nuit

Le travail à des horaires atypiques, et en particulier le travail de nuit, peut avoir des conséquences néfastes. Sur la vie sociale et familiale des personnes concernées, mais aussi sur leur santé. Explications et conseils.


Troubles du sommeil, anxiété, surpoids, diabète… Les effets du travail de nuit sur la santé, possibles, probables ou avérés sont nombreux, alerte l’INRS :

  • Effets avérés : troubles du sommeil ; somnolence ; syndrome métabolique.
  • Effets probables : baisse des capacités de concentration et de mémoire ; anxiété, dépression ; surpoids et obésité ; diabètes ; maladies cardiovasculaires, cancer.
  • Effets possibles : augmentation des lipides dans le sang (dyslipidémie) ; hypertension artérielle ; accident vasculaire cérébral.

Les femmes sont particulièrement concernées.

Pour prévenir ces problèmes de santé, la meilleure solution consiste à réduire le recours au travail de nuit. Mais ce n’est pas toujours possible.

L’INRS préconise donc d’agir sur plusieurs plans : information et formation des salariés, aménagement des locaux (salles de pause, intensité lumineuse variable…), horaires revus et adaptés, organisation du travail adéquate.

Planifier des microsiestes


Sur ce dernier point, l’institut encourage notamment les employeurs à prévoir des temps de pause que les travailleurs de nuit pourront utiliser pour faire une microsieste.

Ces siestes courtes, de 15 à 20 minutes, permettent en effet de lutter contre les effets négatifs du travail de nuit ou posté. Elles présentent des effets bénéfiques à court terme sur la fatigue et la vigilance. Mais aussi à long terme en augmentant la durée totale du sommeil des travailleurs concernés, ce qui diminue les risques d’accidents et limite les effets néfastes au long cours du travail de nuit.

Une salle dédiée, confortable, incitera à utiliser le temps de pause prévu la nuit pour faire cette microsieste.

Pour aller plus loin

Partager cet article

Sur le même sujet