Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Bonnes pratiques - la nuit à domicile (2ème partie) - Techniques de relaxation multisensorielles

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Les Visiteurs du soir du Spasad du CCAS de Saint-Lô

Cette semaine, gros plan sur une nouvelle initiative pour accompagner les malades d’Alzheimer la nuit à domicile, portée par le Spasad du CCAS de Saint-Lô en Normandie.


Suite à un appel à projets lancé en 2018, la Fondation Médéric Alzheimer a sélectionné quatre initiatives répondant aux besoins d’accompagnement nocturne des malades d’Alzheimer qui vivent à domicile.


Le but étant de soulager les aidants de personnes en proie au « syndrome du coucher du soleil », aux risques de chutes ou d’accidents en cas de lever la nuit… Des difficultés nocturnes qui conduisent à l’épuisement des aidants et accélèrent l’entrée en institution.

Le Spasad du CCAS de Saint-Lô a choisi de concentrer son action sur les troubles de la communication et l’anxiété vespérale des malades.

« Il ne s’agissait pas de se substituer aux services apportés par les Visiteurs du soir », explique Sandrine Laisney, directrice du Spasad.

Dans la commune normande, les Visiteurs du soir assurent la continuité des prestations proposées par les services d’aide à domicile et de soins à partir de 20 heures, sept jours sur sept.

Le nouveau service proposé par Sandrine Laisney et son équipe a lui pour objectif de permettre à la personne malade de se détendre, de communiquer autrement que par la parole.

Techniques de relaxation multisensorielles


Concrètement, un assistant de soins en gérontologie, formé notamment à la méthode Snoezelen, intervient le soir pendant une heure, deux fois par semaine durant un mois.

Selon l’humeur et les envies de la personne, le professionnel va proposer massages ou bains de pieds, utiliser des balles relaxantes ou des huiles essentielles…

Et les résultats sont là : « meilleure qualité de sommeil pour les bénéficiaires comme les aidants, endormissement plus facile, création de lien et aidant plus apaisé », résume Sandrine Laisney.

A tel point qu’à la fin du cycle, certains aidants ont souhaité se procurer le matériel utilisé par l’ASG pour poursuivre ces séances de relaxation à la maison, ce dont se félicite la directrice, ravie que le dispositif permette aux aidants de continuer seuls.


A lire aussi
Bonnes pratiques — la nuit à domicile (1ère partie) : Diagnostic à domicile et éducation thérapeutique des aidants

Partager cet article

Sur le même sujet