Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Musicothérapie : construire l'autobiographie sonore et musicale des malades d'Alzheimer - Gros plan sur un protocole conçu au cours de 15 années de recherche et d'expérimentation en Ehpad

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Gros plan sur un protocole conçu au cours de 15 années de recherche et d’expérimentation en Ehpad

Le 27 novembre, la Société française de musicothérapie (SFM) obtenait le Trophée de la Santé de Côte d’Or, dans la catégorie relation soignant-patient, pour son protocole de musicothérapie élaboré durant plusieurs années de recherche. Patrick Berthelon, musicien, musicothérapeute et psychothérapeute, présente son modèle qui permet de construire l’autobiographie sonore et musicale des malades d’Alzheimer.


« Le modèle s’appuie sur le fait que la mémoire de la musique reste toujours présente », explique Patrick Berthelon. « Nous en avions l’intuition depuis longtemps, et les neurosciences l’ont confirmé. »

La mémoire émotionnelle, liée à la mémoire de la musique fonctionne toujours très bien chez les malades d’Alzheimer : la musique constitue donc un support de choix pour entrer en relation et apaiser les malades.

« Ce n’est pas la musique qui soigne, c’est l’usage qu’on en fait »


Encore faut-il que cette musique entre en résonnance avec la personne accompagnée. Pour en être sûr, Patrick Berthelon et la SFM ont développé un protocole de recueil, en lien avec les professionnels (soignants mais aussi animateurs et psychologues par exemple) et les familles. Une véritable approche pluridisciplinaire.

Une fois ces ressources recueillies, il s’agit de réaliser une fiche d’identité musicales, une playlist propre à chaque personne.

Avec des impacts positifs pour les professionnels comme pour les personnes accompagnées et leurs aidants, témoigne Patrick Berthelon : « la musique permet d’apaiser les angoisses durant les soins mais aussi de créer des sas durant les périodes d’anxiété, lors des angoisses vespérales notamment ».

« Du domicile au dernier souffle »


Autre atout du modèle, sa portabilité : « les outils sont conçus pour commencer à recueillir la ressource dès le domicile, ressource qui peut suivre la personne tout au long de son parcours, en accueil de jour, à l’entrée en institution, lors d’allers-retours en gérontopsychiatrie… »

Après avoir été élaboré avec l’Ehpad Les roches d’Orgères à Fleurey-sur-Ouche (21), le protocole a été testé dans cinq établissements durant 14 mois.

Pour 2020, Patrick Berthelon aimerait diffuser son modèle dans toute la France. Il souhaite aussi évaluer son impact sur la prise de médicaments.

Il a également signé un ouvrage expliquant le protocole et sa méthodologie, Musicothérapie en Institutions Gériatriques – Modèle Berthelon – La dignité d’être, paru en septembre 2019 aux éditions du Non Verbal.


En savoir plus

Partager cet article

Sur le même sujet