Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Mobilité seniors : conseils pratiques pour rendre l'espace public accessible - Des solutions simples face aux peurs des personnes âgées

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Des solutions simples face aux peurs des personnes âgées

Avec l’âge, la marche devient le premier mode de déplacement. Mais les piétons seniors sont surreprésentés dans les accidents de la route, et la ville pas toujours adaptée à ces usagers. Que peut-on faire, concrètement, pour rendre la ville, l’environnement plus inclusif ? Les réponses de Marion Ailloud, chargée de mission accessibilité et qualité d’usage au Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement).



L’accessibilité de la voie publique est régie par la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.

Malgré le vieillissement inéluctable de la population, les Français âgés n’ont pas été prise en considération pour l’élaboration de cette loi.

La bonne nouvelle ? « Les besoins des personnes en situation de handicap et des personnes âgées convergent », explique Marion Ailloud, « et la loi permet d’apporter beaucoup de réponses. Par exemple, ajouter plus de contraste dans l’espace public est utile aux personnes déficientes visuelles et aux seniors ».

Reste que beaucoup de réponses ne figurent pas dans la loi.

Selon une enquête menée par le Cerema, le territoire de vie des personnes âgées se rétrécit principalement par peur de la chute.

« La première action à mettre en œuvre est donc de vérifier l’état des revêtements (glissance, entretien…), que les aménagements n’augmentent pas le risque de chute, d’apporter du contraste aux marches, de bien baliser les chantiers », précise Marion Ailloud.

Il est aussi utile d’abaisser les trottoirs, mais pas trop, pour ne pas poser de difficultés aux déficients visuels.

D’autant que la présence d’une petite marche permet de maintenir l’autonomie, rappelle Marion Ailloud.

Deuxième motif, la peur d’être fatigué, puis la question des toilettes et celle de la sécurité dans l’espace public.

Là encore, ces craintes peuvent être levées par des petites actions n’entraînant pas nécessairement de gros travaux : travail sur l’éclairage, installation permettant de s’asseoir ou s’appuyer dans de bonnes conditions…

La lisibilité des itinéraires est elle aussi essentielle pour favoriser la mobilité : signalétique, plaques de rue et numéros bien visibles, cheminement piétons, autant de bonnes pratiques à adopter en ville (mais aussi à l’intérieur des bâtiments).

Pour mieux cerner les besoins et proposer des aménagements pertinents, « il semble essentiel que les personnes âgées soient associées aux commissions d’accessibilité, même s’il n’est pas toujours facile de s’incarner en tant que senior, et donc de se reconnaître des besoins spécifiques ».

Pour aller plus loin

Partager cet article

Sur le même sujet