Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Ehpad hors les murs : 27 000 ETP de care manager à créer - Pièce maîtresse du soutien à domicile renforcé

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Pièce maîtresse du soutien à domicile renforcé

Présentée mercredi dernier, l’étude du cabinet Alogia sur les services de soutien à domicile renforcés (Ehpad hors les murs) met en lumière un métier clef, celui de care manager. Qui sont ces professionnels de demain ? Portrait.


Ils s’appellent référent, conseillère-coordinatrice, référent sentinelle, coordinateur, professionnel accompagnateur… Présents dans tous les dispositifs, ces professionnels en constituent « la pièce maîtresse », selon Mohammed Malki, directeur conseil du cabinet Alogia.

Leur valeur ajoutée ? Leur approche de la coordination « centrée sur l’usager ».

Car le care manager n’est pas un case manager. « Aujourd’hui, aucun dispositif d’appui à la coordination ne pratique une coordination centrée sur l’usager dans son parcours de vie quotidien et ses aidants », estime Mohammed Malki.

Parcours de vie quotidien


Dans les faits, les missions du care manager varient. Au-delà de la coordination pure et simple, certains proposent des services motivationnels type coaching par téléphone (santé, prévention), d’autres assurent un suivi des personnes les plus fragiles grâce, notamment, aux objets connectés (approche « sentinelle »), d’autres enfin un accompagnement social (repérage de l’isolement, appels et visites de convivialité…).

Avec néanmoins des missions communes : accueil, information et orientation ; accompagnement dans les démarches ; évaluation (situation, besoins, logement) ; suivi et repérage des situations à risques ; médiation avec les services ; lien social ; lien avec l’aidant.

Métier d’avenir ?


Si le métier n’existe pas encore en tant que tel, il a été identifié par Myriam El Khomri comme une piste pour relancer l’attractivité des métiers du grand âge (mesure 51).

Avec de vraies créations d’emploi à la clef : « si 10 % des aidants déléguaient deux heures du temps qu’ils consacrent à leur proche à un care manager, cela équivaut à 27 000 ETP », calcule Mohammed Malki.

Un métier qu’il reste encore à financer…

En savoir plus sur le métier de care manager (pages 59 à 61)

Partager cet article

Sur le même sujet