Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Un nouvel outil pour mesurer le bien-être des aidants - Une étude révèle l'efficacité de ICECAP-O pour mesurer le bien-être des aidants

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Une étude révèle l’efficacité de ICECAP‑O pour mesurer le bien-être des aidants


L’ICECAP‑O est une échelle qui permet la mesure la qualité de vie des personnes âgées. Une étude internationale menée dans 8 pays a permis de valider l’efficacité de cet outil pour évaluer le bien-être des aidants. Explications.

L’étude entreprise par le consortium Actifcare en Europe (Pays-Bas, Suède, Portugal, Irlande, Allemagne, Norvège, Royaume-Uni et Italie) a permis d’entériner l’utilité de l’ICECAP‑O pour mesurer le bien-être des aidants.


451 personnes âgées de 66,7 ans en moyenne, proches de personnes atteintes de troubles neurodégénératifs, ont rempli le questionnaire et les résultats récoltés ont ensuite servi à estimer l’efficacité de l’ICECAP‑O à partir de tests de validité convergents et discriminants.

Cet outil s’est révélé compétent pour évaluer les besoins des aidants et pour établir une corrélation entre l’âge de la personne aidée et le bien-être de l’aidant.


Un outil simple et efficace


Contrairement à la plupart des outil de mesure de la qualité de vie, l’ICECAP‑O ne prend pas directement en considération les informations liées à la santé et évalue le bien-être au sens large. 

Pour ce faire, cette échelle est composé de cinq items centrés sur le plaisir, l’indépendance, la valorisation, les liens amicaux et amoureux ou encore sur les inquiétudes liées au futur :
  • Je peux penser au futur sans aucune inquiétude
  • Je peux penser au futur seulement avec une petite inquiétude
  • Je ne peux penser au futur qu’avec quelque inquiétude
  • Je ne peux penser au futur qu’avec beaucoup d’inquiétude

Les réponses, notées de 1 à 4 permettent ensuite d’évaluer la capacité à se comporter et à agir en fonction de ses valeurs.

A noter que cet instrument possède l’avantage d’avoir été traduit dans plusieurs langues, dont le français, grâce au travail de l’équipe du Dr Julien Delrieu, neurologue au CHU de Toulouse.
Partager cet article

Sur le même sujet