Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Les droits et aides pour les aidants

Retraite : quels sont les droits des aidants ? - Au 1er février 2020

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Au 1er février 2020

Elles sont maigres, mais elles ont le mérite d’exister : les aidants de personnes âgées en perte d’autonomie bénéficient aujourd’hui de quelques conditions particulières quant à leur retraite.

La retraite à taux plein à 65 ans

Les salariés qui ont interrompu leur carrière pour devenir aidant familial, mais aussi les fonctionnaires et les agents non titulaires de la fonction publique peuvent toucher une pension de retraite à taux plein à 65 ans, sans conditions de trimestre.

Cette aide doit néanmoins avoir duré a minima 30 mois (deux ans et demi), sans interruption.

Pas de malus sur la retraite complémentaire


Le 1er janvier 2019 entrait en vigueur un système de bonus/​malus sur les retraites complémentaires (Agirc Arcco).

Pour inciter les seniors à rester en activité, une décote de 10 % est désormais appliquée sur la pension de retraite complémentaire, de la date du départ en retraite jusqu’à 67 ans (pour une durée de trois ans maximum).

Les aidants ayant interrompu leur carrière sont toutefois exonérés de ce malus, sous réserve d’apporter des justificatifs de la situation.

Affiliation à l’Assurance vieillesse du parent au foyer


Sous certaines conditions, les aidants qui ont arrêté de travailler peuvent être affiliés gratuitement à l’Assurance vieillesse du parent au foyer (AVPF).

Concrètement, pendant une partie de l’interruption de carrière, la Caisse nationale d’allocations familiales prend le relais et verse des cotisations calculées sur la base du Smic.

En bénéficient :

  • Les salariés ayant pris un congé de proche aidant, durant la période du congé ;
  • Les travailleurs indépendants, travailleurs non salariés agricoles, conjoints collaborateurs d’un travailleur indépendant ou d’un travailleur non salarié agricole qui ont cessé leur activité pour s’occuper d’un proche en perte d’autonomie grave. L’affiliation court sur trois mois, renouvelable dans la limite d’un an.
En savoir plus

A noter

: le futur congé de proche aidant rémunéré devrait permettre aux salariés qui l’utilisent de conserver leurs droits à la retraite.

Partager cet article

Sur le même sujet