Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Recommandation de bonnes pratiques : soutenir et encourager l'engagement des usagers - Haute autorité de santé - septembre 2020

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

La loi 2002.2 rénovant l'action sociale et médico-sociale avait comme objectif d’encourager l’exercice de la citoyenneté des personnes accompagnées et renforcer leur participation. Force est de constater, près de 20 ans plus tard, que l’objectif n’est pas toujours atteint. Pour soutenir établissements et services dans cette démarche, la HAS a publié fin septembre une recommandation intitulée Soutenir et encourager l’engagement des usagers dans les secteurs social, médicosocial ou sanitaire.

Co-construite avec les associations d’usagers et les organisations professionnelles, la recommandation a mobilisé de nombreux professionnels de santé, patients experts et autres pairs aidants.

De même, elle s’adresse tout aussi bien aux personnes concernées qu’aux professionnels des secteurs social, médico-social et sanitaire, et vise à proposer des repères pour mettre en œuvre des pratiques d’engagement conjoint.

Après avoir défini l’engagement (des personnes concernées de garantir l’exercice de leurs droits et libertés individuelles), les principes et les valeurs qui le soutiennent, ses principes, la recommandation s’attelle à en explorer les différentes formes, ses effets, ses freins et ses leviers, ainsi que les manières de l’évaluer.

Le document s’appuie notamment sur une enquête de pratiques menée en 2019, portant sur 149 actions, avec un focus détaillé sur six d’entre elles :

  • habitant.e.s ambassadeur.rice.s de santé (Lille),
  • programme d’éducation thérapeutique du patient Vivre bien avec une maladie chronique,
  • Pairsvie, formation aux premiers secours de personnes SDF et création d’un livret de premiers secours pour tous (Saint-Brieuc),
  • programme de réduction des risques liés à la consommation d’alcool en centre d’hébergement pour personnes en situation de précarité (Paris),
  • structuration de la place du patient-enseignant dans les études en santé d’une ville universitaire,
  • recherche-action participative ayant permis la création d’un lieu de répit, alternative aux urgences psychiatriques.

Pour accompagner le déploiement de cette recommandation sur le terrain, la Haute autorité de santé prévoit d’organiser plusieurs fois par an des « rendez-vous de l’engagement des usagers ».

Le Conseil de l’engagement pour les usagers (CEU) de la HAS mène par ailleurs une réflexion pour une meilleure participation des personnes dans les Conseils de la vie sociale.

Télécharger la recommandation et les documents complémentaires :

Partager cet article

Sur le même sujet