Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Des outils pour combiner poursuite de l'activité et prévention - Le gouvernement et l'Anact proposent des solutions d'accompagnement pour les entreprises

Temps de lecture 3 min

0 commentaires

Le gouvernement et l’Anact proposent des solutions d’accompagnement pour les entreprises


Que ce soit en distanciel ou sur site, cette seconde phase de confinement bouleverse à nouveau l’organisation professionnelle. Surcharge de travail, protocole sanitaire, tensions internes… L’Anact et le gouvernement ont mis en place des dispositifs afin d’accompagner les entreprises dans la poursuite de leur activité et dans leur organisation interne.


Le confinement du printemps a révélé de nombreuses difficultés pour se réorganiser dans les entreprises et notamment pour coordonner les services à domicile. 

Dans le cadre de ce nouveau confinement l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (Anact) propose aux TPE-PME des repères pour mieux réguler la charge de travail.

Que ce soit à distance ou sur site, l’Agence précise qu’il est nécessaire de bien prendre en considération les différentes dimensions de la charge de travail des salariés : 
  • La charge prescrite : elle recouvre tout ce qu’il est demandé de faire que ce soit au plan qualitatif ou quantitatif : les objectifs, les prescriptions, les outils et moyens à disposition, etc.
  • La charge réelle : elle correspond à ce qui est réellement réalisé : les aléas, les ajustements, le travail non prévu, le travail réalisé avec le soutien des collègues…
  • La charge perçue : plus subjective, elle correspond à la représentation que chacun se fait de sa charge et du sens du travail. Et cela compte !
Afin d’accompagner les entreprises dans la régulation de la charge de travail, l’Anact indique un processus type à mettre en place : 
  • Anticiper-planifier : la fixation des objectifs doit s’appuyer sur les trois dimensions de la charge : qu’est-ce qui est attendu ? qu’est-ce que cela nécessite en pratique du point de vue du manageur et du collaborateur ? comment cela est-il perçu ?…
  • Suivre — évaluer : les outils de mesure de l’activité ne rendent jamais compte de l’ensemble des dimensions de la charge de travail. L’évaluer finement implique des échanges réguliers entre manageur et collaborateur et en équipe afin de partager des indicateurs d’activité, de rendre visible l’activité réelle.
  • Réguler : en complément, il convient, au fil de l’activité, de prioriser, réorienter, arbitrer, adapter les objectifs et les moyens. Ceci implique que soient partagés des repères sur la qualité attendue et les priorités dans l’entreprise. Cet aspect du travail des manageurs avec leur équipe doit, par ailleurs, être pris en compte dans leur propre charge de travail.


Obtenir l’aide d’un expert


En collaboration avec l’Anact, le gouvernement propose aussi un accompagnement personnalisé et réalisé par un expert. 

Le dispositif gratuit Objectif reprise” permet d’avoir un rendez-vous téléphonique avec un expert et, si besoin, un accompagnement de l’entreprise afin d’obtenir des conseils concernant : 
  • L’organisation du travail (mise en œuvre du télétravail et du travail sur site dans de bonnes conditions, accompagnement des variations de l’activité…),
  • La prévention du risque covid-19 (évolution du protocole sanitaire, association des salariés aux mesures de prévention, mise en place du référent covid…),
  • Les relations sociales (management, relations de travail, dialogue social en compte dans leur propre charge de travail).

Pour mettre en évidence les éléments d’organisation à améliorer au sein de l’entreprise, dans le cadre du dispositif Objectif reprise”, le ministère du Travail a mis en place un outil d’autodiagnostic.

Une fois réalisé celui-ci révèle les points forts en matière de d’organisation du travail, de prévention, ressources humaines ou management et délivre des recommandations pour agir sur chacun des points à améliorer.
Partager cet article

Sur le même sujet