Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Goxoki grand âge : une approche innovante d'amélioration continue de la qualité - Eclairage de Marie-Laure Lacaze, à l'origine de la méthode

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Eclairage de Marie-Laure Lacaze, à l’origine de la méthode

« Parce qu’il n’y a pas de différence en termes de droits entre la vie en Ehpad et la vie avant l’Ehpad. » En Basque, goxoki signifie se sentir en confiance. C’est le nom choisi par une résidente de l’Ehpad Osteys, à Bayonne, pour la méthode d’amélioration continue de la qualité déployée depuis 2010 par la directrice Marie-Laure Lacaze et son équipe. Explications.

En matière d’amélioration de la qualité et de bonnes pratiques, « nous trouvions les sujets tellement nombreux que nous avions l’impression qu’on commençait tout mais qu’on ne faisait rien », explique Marie-Laure Lacaze.

Aussi, la directrice et son équipe ont imaginé et structuré une approche qui leur convenait, en s’appuyant notamment sur les recommandations de bonnes pratiques de l’Anesm (aujourd’hui HAS), feues les valisettes Mobiqual ou encore la philosophie de l’Humanitude.

Le but ?

Préserver les droits des 66 résidents de l’établissement, en sensibilisant et formant l’ensemble de l’équipe, en informant les résidents et leurs famille, et en réinterrogeant perpétuellement les pratiques professionnelles.

Six grands thèmes


Pour ce faire, six thèmes ont été retenus : 

  • Le DAC (domicile, accueil, consentement) ;
  • L’autonomie (capacités restantes, citoyenneté, continence…) ;
  • Vivre debout (verticalité, chutes…) ;
  • Regarder et voir ;
  • Autour de la bouche (nutrition, communication, secret professionnel…) ;
  • Approches non-médicamenteuses et bien-être.

Chaque année, trois d’entre eux sont travaillés sous la houlette d’un groupe de travail spécifique, avec deux actions fortes par thème. « On pose des objectifs, on met en place des actions puis on les évalue, avec compte-rendu des résultats au conseil de la vie sociale », précise Marie-Laure Lacaze.

Approche transversale

Parmi les actions passées ou en cours, la mise en place d’un parcours santé et un état des lieux des chaussures des résidents pour le thème vivre debout, des actions autour du petit-déjeuner ou des soins bucco-dentaires pour le thème autour de la bouche, sur la DMLA mais aussi la signalétique dans l’établissement pour Regarder et voir…

« Il s’agit d’une part de décloisonner les pratiques, les services, mais aussi de développer une approche inclusive et de démocratie sanitaire, d’apprendre à travailler avec les résidents et non pour eux. »

Ainsi, un représentant des résidents et un représentant des familles (non élus au CVS) participent au comité de pilotage, aux côtés de 10 professionnels de l’établissement (dont 5 sont renouvelés tous les deux ans).

Et tous les deux ans, c’est-à-dire à la fin de chaque cycle de six thèmes, une évaluation des pratiques sous forme d’enquêtes, de contrôle sur site et de suivi d’indicateurs est menée pour mesurer les progrès accomplis.

« Petit à petit, notre roue de Deming avance », sourit Marie-Laure Lacaze, qui invite tous les Ehpad qui le souhaitent à s’emparer de sa méthode, reconnue par le ministère des Solidarités et de la Santé comme « bonne pratique » en matière de droits des usagers.

En savoir plus sur la méthode Goxoki grand âge

Partager cet article

Sur le même sujet