Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Connaître les différentes solutions de répit

Temps de lecture 4 min

A chaque aidant sa solution de répit, ou presque. En fonction de votre besoin de souffler, de vos envies, vous pourrez choisir celle qui vous convient le mieux. Tour d’horizon.

L’accueil de jour

Indépendants ou adossés à des maisons de retraite (Ehpad), les accueils de jours accueillent pour une journée ou une demi-journée des personnes âgées en perte d’autonomie, généralement atteintes de maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer.

Il s’agit d’un accueil régulier : les personnes qui fréquentent l’accueil de jour s’y rendent chaque semaine, une ou parfois deux fois.

L’équipe propose des activités adaptées : stimulation de la mémoire, activités artistiques ou sportive… et chaque participant bénéficie d’un projet individualisé de prise en charge. Des lieux de stimulation mais aussi de lien, puisque ce sont les mêmes personnes qui se retrouvent chaque semaine.

Les accueils de jours sont pour la plupart ouverts du lundi au vendredi, de 9 heures à 17 heures mais certains fonctionnent avec des horaires élargis : accueil le week-end, la nuit…

Côté tarif, il faut compter une trentaine d’euros en moyenne. Des aides peuvent financer en partie cet accueil (allocation personnalisée d’autonomie (Apa), aides des caisses de retraites, des mutuelles, de certaines communes…). Le transport jusqu’à l’accueil de jour est quant à lui pris en charge via un forfait.

Contact : via le Clic (point info senior, maison de l’autonomie…) ou directement auprès de la structure

Les haltes répit détente Alzheimer de la Croix Rouge

En 2020, la Croix-Rouge recensait 23 haltes répit détente Alzheimer actives et une trentaine en projet.

Ces lieux d’accueil non médicalisés s’adressent à des personnes atteintes de troubles cognitifs (maladie d’Alzheimer ou apparentée), dont la maladie n’est pas à un stade trop avancé.

Elles les reçoivent pour une ou plusieurs demi-journées par semaine

Les activités sont similaires à celles d’un accueil de jour : jeux, échanges, cuisine, gym… et organisées par des équipes de bénévoles dûment formés.

L’accueil y est gratuit, mais une petite participation peut être demandée aux familles pour financer les collations par exemple.

En savoir plus

Le baluchonnage (relayage)

Inspiré d’un dispositif québécois, le relayage (baluchonnage en VO) se développe peu à peu en France. Il est expérimenté de manière encadrée, grâce à des dérogations au Code du travail, depuis 2019.

Le principe est simple : un(e) professionnel(le) formé vient s’installer chez l’aidé et l’aidant quelques jours, et remplace ce dernier. Le relayeur vit sur place durant les quelques jours que dure le relayage : les habitudes de vie de la personne aidée sont respectées, les intervenants habituels (aide à domicile par exemple) viennent comme d’habitude…

Au retour de l’aidant, le relayeur lui fera un compte rendu du séjour et en lui livrant ses observations, pourra lui donner conseils pour mieux vivre son quotidien. 

Une solution confortable, mais au coût élevé : entre 110 et 620 euros/​jour. Un coût qui peut être en partie pris en charge par l’Apa.

Contact : à demander au Clic ou directement auprès des structures (voir encadré).

Les séjours de répit

Différentes structures proposent des séjours de répit. Le principe est simple : aidant et aidé partent en vacances ensemble, dans un hôtel, un gîte ou même en croisière.

Sur place, des activités en commun sont organisées, et d’autres en solo. Pendant que l’aidant se repose et profite de ses vacances, une équipe de professionnels prend le relais auprès de l’aidé. Une manière de passer de bons moments, de sortir de la routine et, pour l’aidant, de souffler.

Contacts :

L’accueil temporaire en famille d’accueil

Les familles d’accueil peuvent accueillir une à trois âgées ou handicapées pour un séjour permanent ou temporaire, chez eux.

Chaque personne accueillie dispose a minima d’une chambre, est nourrie, blanchie et accompagnée dans son quotidien par l’accueillant, agréé et contrôlé par le Conseil départemental.

Le coût moyen d’un accueil familial, comprenant le salaire de l’accueillant, le loyer et le remboursement des frais, se monte à 50 euros par jour environ. Le séjour peut être financé par l’Apa.

Contact : pour connaître les accueillants familiaux près de chez vous, s’adresser au Conseil départemental.

L’hébergement temporaire en établissement

Les Ehpad proposent des places d’accueil temporaire, pour un séjour qui peut durer quelques jours, quelques semaines ou quelques mois (six au maximum).

A l’instar des autres résidents, les personnes en séjour temporaire sont accompagnées si besoin dans les gestes du quotidien (toilette, habillement…), peuvent participer aux activités, prennent tous leurs repas sur place…

Ce séjour temporaire peut aussi être une façon de « prendre la température » en vue d’un déménagement définitif.

Le séjour sera facturé 65 euros/​jour en moyenne, qui peuvent être financés par l’Apa.

Contacts

• Auprès du Clic ou du Centre communal d’action sociale (CCAS)

• Trouver les places disponibles sur Via Trajectoire

Partager cet article

Sur le même sujet