Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Autres maladies

Le diabète de type II

Temps de lecture 2 min

0 commentaires

Le diabète de type 2, appelé aussi diabète gras, survient tard dans la vie, sans signes apparents, et des centaines de milliers de personnes ignorent quelles en sont atteintes. Pourtant, une fois dépisté, un simple régime peut suffire à le soigner.

Deux types de dabète

On distingue deux diabètes. Le premier, appelé insulino-dépendant, apparaît dans la jeunesse C’est le diabète de type I.

On le traite par injections d’insuline, car le pancréas du malade n’en sécrète pas du tout. Cest celui qui est le plus connu du grand public.

En revanche, le diabète gras, ou diabète de type II, non insulino-dépendant, reste ignoré.

Les malades sont essentiellement des personnes de plus de 60 ans, bons vivants et sédentaires. Leur pancréas fonctionne, mais pas correctement : il élabore de l’insuline, mais pas assez et pas au bon moment.

Le risque est grave car il s’agit d’une maladie qui évolue lentement, sans symptômes apparents. Le sucre reste dans le sang et peut créer de lourds dégâts : cécité (ou rétinopathie diabétique), insuffisance rénale, artérite des membres inférieurs, hypertension artérielle.

Dépistage

Encore 10 % des diabétiques sont dépistés trop tard, quand ils consultent pour une complication (de la vue le plus souvent). Pourtant, le diagnostic repose sur une simple prise de sang.

Pratiquée à jeun, elle permet de mesurer la glycémie (le taux de sucre dans le sang).

Voici les signes qui doivent pousser à consulter un médecin :

  • un membre de la famille — parent, frère, sur, oncle ou tante — est (ou a été) atteint ;
  • être âgé de plus de 50 ans et à fortiori de plus de 60 ans ;
  • souffrir dun surpoids, surtout si la surcharge pondérale se situe au-dessus de la taille et si elle saccompagne d’hypertension ;
  • avoir déjà eu un taux élevé de sucre dans le sang.

Traitement

Si on ne peut guérir le diabète, on peut le soigner efficacement. Le meilleur traitement consiste à perdre du poids. Rien de draconien, il s’agit juste de perdre 3 ou 4 kilos” précise le Pr. Philippe Passa, président de l’Alfediam (Association de langue française pour l’étude du diabète et des maladies métaboliques).

Car chaque kilo en trop augmente les besoins en insuline. Pas toujours facile quand on est âgé et que le sucre devient une saveur souvent très appréciée… Gare, aussi, au risque de dénutrition.

Lire nos conseils pour bien manger

Au régime, il faut ajouter un peu d’exercice physique, la marche notamment. Des traitements médicamenteux existent : les antidiabétiques font baisser le taux de glucose dans le sang ; les biguanides activent l’assimilation du sucre par les cellules de l’organisme. Mais c’est un traitement à vie.

Ressources

La Fédération française des diabétiques propose de nombreuses informations sur son site. Elle répertorie également les adresses d’une soixantaine d’associations locales.

Partager cet article

Sur le même sujet