Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Opter pour un séjour temporaire

Temps de lecture 2 min

En 2019, 16 000 places d’accueil temporaire étaient proposées, principalement par les Ehpad (établissements d’accueil pour personnes âgées dépendantes). Un bon moyen de tester la vie en collectivité, pour une durée pouvant aller de quelques jours à six mois.

Quand faut-il s’y prendre ?

Le plus tôt possible ! D’abord, parce qu’il n’existe que peu de places, ensuite, car les démarches nécessitent un peu de temps.

Quelles sont les démarches à accomplir ?

D’abord, se renseigner sur les structures qui proposent un accueil temporaire dans la région qui vous intéresse : ce n’est pas le cas de tous les Ehpad ni de toutes les résidences qui accueillent des personnes âgées.

Le Clic (centre local d’information et de coordination, parfois appelé point info senior, maison de l’autonomie…) ou le CCAS de la mairie dispose de ces renseignements.

Ensuite, prendre le temps de choisir, en visitant l’établissement, en se renseignant auprès des familles et des résidents…

A noter : les résidences autonomie sont réservées aux personnes les plus autonomes, en cas de difficultés à accomplir les gestes du quotidien, il faudra plutôt opter pour un Ehpad.

Une fois votre choix fait, il faudra remplir le dossier d’admission en Ehpad (en cochant la case hébergement temporaire) puis le transmettre à la/​aux maison(s) de retraite sélectionnée(s). Pour les autres lieux, prendre contact directement avec la ou les résidences retenues qui vous indiqueront la marche à suivre.

A l’arrivée, le contrat d’accueil, même pour un séjour temporaire, est obligatoire.

Combien ça coûte ?

En Ehpad, les prix peuvent varier du simple au triple, sachant que le prix de journée est légèrement plus cher en accueil temporaire. En 2019, pour une chambre simple, le prix médian d’une journée d’hébergement temporaire se montait à 63,66 euros.

Quelles aides peuvent financer l’accueil temporaire ?

Tout d’abord l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa). Il faudra pour cela avertir le service autonomie du conseil départemental qui verse l’Apa, pour demander à ce que l’aide couvre une partie des frais de séjour. Si le plafond du plan d’aide est atteint, le droit au répit (un financement supplémentaire de 510,26 euros en 2022) peut être mobilisé.

A noter : si le séjour temporaire est organisé parce que l’aidant est hospitalisé, une autre aide peut être débloquée, d’un montant maximum de 1 013,77 euros par hospitalisation.

Pour les personnes non éligibles à l’Apa à domicile, il est possible de demander l’aide sociale à l’hébergement au CCAS de la Ville. Attention, elle est récupérable sur succession.

Certaines mairies et certains conseils départementaux dispensent en outre des aides supplémentaires pouvant financer ce séjour temporaire, dites aides extra-légales. Une question qui mérite d’être posée aux services concernés ou au Clic.

Enfin, l’action sociale des caisses de retraite, des mutuelles, des caisses de prévoyance, et d’une façon générale de nombreux organismes à vocation sociale peuvent aussi être sollicités en soutien de séjours temporaires”, ajoute Jean-Jacques Olivin, directeur du Grath, association spécialisée sur la question.

Partager cet article

Sur le même sujet