Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Autres maladies

Oxygénothérapie

Temps de lecture 1 min

0 commentaires

Certaines pathologies entraînent une baisse du taux d’oygène dans le sang. Les malade doivent donc recevoir de l’oxygène supplémentaire par voie respiratoire, grâce à l’oxygénothérapie.


Celle-ci peut être de longue ou de courte durée.

Les patients atteints d’insuffisance respiratoire chronique ou de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) sévère se verront prescrire une oxygénothérapie de long terme, avec un apport d’air enrichi prolongé (plus de 15 heures/​jour).

L’oxygénothérapie de court terme (trois mois maximum renouvelables une fois) est quant à elle réservée aux personnes souffrant d’insuffisance respiratoire aigüe ou de gène respiratoire (soins palliatif, fin de vie).

Plusieurs types d’appareil peuvent apporter cet oxygène enrichi. Le médecin le choisira en fonction des besoins et des habitudes de vie de la personne (déambulation…).

Il peut s’agir :

  • d’un concentrateur fixe ou mobile, qui a pour fonction d’aspirer l’air ambiant, puis de concentrer l’oxygène avant de le restituer au patient ;
  • de bouteilles d’oxygène (souvent utilisée en complément d’un concentrateur) ;
  • d’une cuve d’oxygène liquide permettant de stocker un grand volume d’oxygène.
Partager cet article

Sur le même sujet