Agevillage
  >   Actualités  >     >   Grippe : 18 300 décès cette...

Grippe : 18 300 décès cette année, la réaction de l'AD-PA, et le possible rôle des aides à domicile


Partager :

L’InVS a présenté ses chiffres de mortalité due au virus de la grippe cette année. Devant la baisse de la couverture vaccinale et les 18 300 morts en excès, l’AD-PA réclame une meilleure politique de prévention, et le secrétariat aux Personnes âgées envisage de nouveaux relais au vaccin en la personne des aides à domicile.

L’épidémie de grippe a duré cette année 9 semaines, occasionné 2.9 millions de consultations, près de 30 000 passages aux urgences, 3 133 hospitalisations parmi ces passages dont 47% chez les 65 ans et plus. Et surtout, l’InVS constate un excès de 18 300 décès toutes causes confondues pendant l’épidémie de grippe. Concernant à 90% les sujets âgés de plus de 65 ans, cet excès de mortalité étant lié à la grippe et à d’autres facteurs hivernaux. Comme l’indique l’InVS, on observe une poursuite de la baisse de la couverture vaccinale des populations à risque avec 53% de personnes à risque non vaccinées contre la grippe.

Réaction de l’AD-PA
Dans un communiqué datant du 23 mai, l’AD-PA souligne qu’en « établissements, le sous-effectif a pu être compensé grâce à l'engagement des personnels, qu’il importe de saluer, ainsi que par le taux élevé de vaccination ». Mais, « la question majeure concerne l'aide aux personnes âgées à domicile et la nécessité de renforcer la lutte contre l’isolement ainsi que la prévention. Il s'agit de développer les aides aux personnes, même peu handicapées, pour les conseiller sur leur santé (par exemple la vaccination) et les accompagner ensuite dans ce type de démarche. Il s'agit aussi de mieux identifier l’apparition des premiers symptômes car beaucoup de personnes tardent encore trop à consulter leur médecin » poursuit l’AD-PA.

Rôle des aides à domicile ?
Le secrétariat aux Personnes âgées a ainsi décidé de déclencher à l’automne une campagne de sensibilisation à la vaccination, par le biais des fédérations d’aides à domicile. Celles-ci, identifiées comme « militantes » du vaccin seront incitées à relayer l’information auprès des personnes aidées. Ce partenariat sera mieux défini dans les semaines à venir.


mis à jour le



LES LIENS UTILES

Invs : institut national de veille sanitaire

Sa mission est de surveiller l'état de santé de la population et son évolution.

AD-PA - Association des Directeurs au service des Personnes Agées

L'AD-PA regroupe les directeurs de services à domicile, de coordinations et d'établissements pour personnes âgées.

Les objectifs de l'AD-PA :
Sensibiliser la société française et les Pouvoirs Publics sur l’approfondissement nécessaire de la solidarité à l’égard des personnes âgées fragilisées.

Favoriser l’expression des personnes âgées fragilisées, de leurs familles et des professionnels.

Accompagner les professionnels dans leurs actions au quotidien.

Promouvoir une réflexion globale en matière de gérontologie.

Participer à l’évolution de l’accompagnement des personnes âgées fragilisées en facilitant la circulation de l’information au sein de la profession et de ses partenaires.

Montrer que les services à domicile, les établissements et les coordinations pour personnes âgées sont innovants dans leurs pratiques quotidiennes d’accompagnement et de soins.


AD-PA
3, impasse de l'Abbaye
94106 SAINT-MAUR Cedex
Tél. : 01 55 12 17 24
Fax : 01 42 83 63 33
Contact Presse : 01 55 12 17 29
ad-pa@orange.fr

 



Partager :


Vos réactions

Renaud

08/06/2015 19:06

18.300 morts ne vous suffisent pas !


Les commentaires antivaccinaux primaires m'affligent. On ne peut pas laisser dire n'importe quoi à ce point. C'est à la vaccination qu'on doit l'éradication de la variole et bientôt de la poliomyélite. Que ceux qui pensent que les vaccins "fragilisent le terrain" aillent rencontrer des paralysés "sur le terrain", dans les pays dans lesquels le défaut de vaccination en a produit tant et tant ! Alors, que dans le confort de notre société hyperprotégée certains fassent pour eux-mêmes le choix de se mettre en danger (pour se prouver qu'ils sont vivants ?), pourquoi pas. Mais en ne se vaccinant pas contre la grippe, on met d'autres personnes que soi en danger : son vieux papa, sa vieille maman, qui sont fragilisés (par la diminution normale de l'efficacité de leur système immunitaire, pas par de précédents vaccins !!!)et à qui on apporte gentiment les virus qu'on rencontre dans nos sorties, alors qu'eux ne sortent que peu ou pas l'hiver. Et si on est soignant ou aidant, c'est encore pire... En matière de vaccination plus encore qu'ailleurs, les mauvais conseilleurs ne sont pas les payeurs. Un jeune homme en bonne santé, une femme dans la force de l'âge, non vaccinés, ne mourront pas de la grippe : tout au plus seront-ils "crevés"; mais en incitant les plus fragiles à ne pas se faire vacciner, ils seront les irresponsables complices de cette surmortalité insupportable car évitable.



marie

03/06/2015 17:06

Précision


La titre de cet article laisse penser que la grippe a provoqué 18 300 décès cette année alors que : "l’InVS constate un excès de 18 300 décès TOUTES CAUSES CONFONDUES pendant l’épidémie de grippe" et plus bas : "lié à la grippe et à d'AUTRES FACTEURS HIVERNAUX". Quels autres causes ? quels autres facteurs ?Je suis d'accord avec cathycat, il existe en homéopathie chaque année un traitement pour la grippe et avec celui-ci on évite au moins les risques de la vaccination.



Libellule

03/06/2015 16:06

Vaccin quand tu nous tiens !


Vacciner, vacciner, vacciner !A question multiple réponse unique ! Alors, que je lis partout que le terrain est fondamental - en agriculture comme ailleurs - que je lis ailleurs que d'autres solutions existent, que Ebola a presque disparu sans vaccin (inexistant) réfléchissons un peu mieux. Déjà une solution homéopathique semble de loin préférable. Et d'abord une bonne forme par l'activité physique, l'alimentation ... Alors que le vaccin fragilise le terrain !



cathycat

02/06/2015 14:06

Très cher vaccin


Et que dire des morts qui étaient vaccinés et avaient fait confiance à un vaccin qui ne les protégeait pas du bon virus ? Grand silence de toutes parts ... Quel labo doit- on encore remercier?...



Renaud

01/06/2015 19:06

Chronique d'une épidémie annoncée


Tout le monde sait que si la couverture vaccinale a baissé, c'est en raison de la calamiteuse gestion de la vaccination contre la grippe H1N1. La principale faute en termes de santé publique fut d'avoir écarté les médecins traitants de la politique vaccinale. Le gouvernement de l'époque est directement responsable de la surmortalité inacceptable observée depuis. Alors plutôt que de proposer des fadaises comme la vaccination par le pharmacien, il serait temps (si c'est vraiment l'intention du gouvernement d'aujourd'hui)de confier au médecin traitant, pilier du soin de premier recours, acteur indispensable de la prévention individuelle, la mission de vacciner ses patients âgés. Et pour ce faire, de l'autoriser à détenir à son cabinet des doses de vaccin. Mais c'est tellement simple que je parie que nos décideurs n'oseront pas... Ceci dit, toute les bonnes volontés sont les bienvenues pour expliquer aux personnes à risque que "le vaccin, c'est bien!". Et puisque les soignants et les aidants sont des contaminateurs potentiels, demandons aux aides à domicile de se faire vacciner en même temps qu'une des personnes qu'ils aident... Ah non, j'oubliais ! Il n'y a pas que les personnes âgées qui ne se font plus vacciner grâce à Mme Bachelot : regardez les taux de couverture vaccinale du personnel dans les EHPAD; ils se sont bien plus effondrés encore que ceux des personnes directement à risques !




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -