Agevillage
  >   Actualités  >     >   Des villages pour personnes...

Des villages pour personnes malades Alzheimer ?

Pays-Bas, USA et DAX aussi


Partager :

Après les Pays-Bas, un village aux Etats Unis mise sur la réminiscence pour maintenir l'autonomie des personnes atteintes de troubles cognitifs (Maladie d'Alzheimer ou apparentée).
A Dax, le futur village Alzheimer intègrera une évaluation scientifique des impacts.

Parce qu'il semble difficile aux villes et villages de s'adapter à ces personnes malades, désorientées, des espaces entièrement dédiés, intelligents, ajustés, sortent de terre partout dans le monde. Sécurisés pour qui ? Des messages d'espoirs à conforter par la recherche.

Maisonnées au style personnalisé au Pays Bas


alzheimerA Weesp, près d'Amsterdam, les maisonnées sont intégrées dans un espace sécurisé. Les pensionnaires y vivent une vie la plus autonome possible en faisant leur course à la superette, en participant à al préparation des repas. Pas de personnel en blouse blanche, et même la pause cigarette après le déjeuner avec les personnes malades. 175 euros par malade par jour, 250 salariés pour 150 pensionnaires ... des ratios qui font pâlir d'envie les établissements français. Un concept qui attire avec une liste d'attente qui s'allonge. Voir le reportage à Weesp. A Hogewey le décors et la musique des maisonnées s'adapte à l'histoire de vie de chacun (voir le reportage de Paris Match)

Village années 50 aux USA


Town Square une réplique des ville des années 50 inaugurée en août près de San Diego en Californie. Construite par les centres de jour pour adultes du George G. Glenner Alzheimer's Family Center., le village s'étend sur plus de 800 m2, avec boutiques de prêt-à-porter, restaurants et lieux de sociabilité entièrement dédiés aux personnes malades.
L'ambiance, le décors cherchent à aider ces personnes à retrouver des repères, des souvenirs, surtout ceux que l'on se fabrique entre 10 et 30 ans.
Dans ce centre d'accueil de jour, chaque devanture de boutiques est l’occasion de pratiquer des exercices de stimulation. Des visionnages de films, l’écoute de musique des années 50 sont proposés aux malades qui peuvent aussi faire des puzzles à la bibliothèque, écouter des conteurs et prendre soins d’animaux.
Ces thérapies de réminiscence sont considérés outre-Atlantique comme de véritables traitements non-médicamenteux qui ont fait leurs preuves sur les troubles du comportement. Elles réduisent aussi le stress, l’agitation, améliorent l’interaction sociale et permettent de retrouver un sommeil plus calme.
Un autre village doit être construit à Baltimore, dans le Maryland.

Sans oublier la maison Carpe Diem au Québec, qui se bat pour maintenir la vraie vie, quotidienne, avec ses risques. Nicole Poirier, la directrice, explique qu'il faut avancer sur la connaissance de la maladie et sur la capacité à faire équipe avec les proches. Le témoignage de Blandine Prévost, malade jeune, est édifiant. Avec son mari, elle participe au projet des maisons Ama Diem à Crolles en Isère.

A Dax dans les Landes, le premier "Village Alzheimer" français doit ouvrir ses portes fin 2019.

120 patients vont être accueillis dans un univers favorisant au maximum leur autonomie, avec quatre quartiers et 16 maisonnées, la Bastide : lieu de vie et de services (activités artistiques, sportives, médiathèque, superette, coiffure, esthétique), un auditorium ouvert au public, un jardin, potager et une ferme seront participatifs.
Sans blouses blanches, sans clôture visible, l'architecture favorisera la fluidité de la circulation grâce à de nombreuses voies de cheminement sécurisées, dans un grand espace végétalisé de 7 hectares, bien intégré à la vie sociale et culturelle de la ville, précise l'architecte Nathalie Grégoire.
Au colloque "Accompagnement du Grand Age" à l'Assemblée Nationale ce 4 octobre, le professeur Hélène Amieva, INSERM U1219 Bordeaux, a salué l'association de la recherche scientifique au projet afin d'en démontrer les impacts sur la qualité de vie des personnes malades mais aussi sur la consommation des médicaments et de permettre son déploiement (ou non). L'expérience d'Hogewey aux Pays Bas n'est malheureusement pas été documentée scientifiquement, regrette le Pr Amieva.
Voir le projet de village Alzheimer à Dax en images.


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article. (1 en attente)


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -