Agevillage
  >   Actualités  >     >   Alzheimer : cinq conseils p...

Alzheimer : cinq conseils pour un quotidien plus apaisé


Partager :

Nicole Poirier a fondé la maison Carpe Diem il y a 23 ans au à Trois-Rivières, au Québec. Une maison où les malades d’Alzheimer, les personnes âgées désorientées vivent « comme à la maison », où il s’agit d’accompagner des individus plutôt que de prendre en charge des malades. Une approche qui se déploie, lentement, en France et ailleurs, comme aux Maisons de Crolle. Mais dont les principes peuvent aussi être appliqués à la maison, par les aidants, pour un quotidien plus apaisé.

Oser une vie "risquée" était justement le thème d'une conférence à l'Ehpad Les Orchidées ce 9 octobre à Roubaix où Nicole Poirier a partagé son expérience.

Joindre le geste à la parole


Si la personne aidée ne peut pas s’exprimer ou ne comprends pas, joindre le geste à la parole. Par exemple, lors des repas, en s’asseyant avec elle, en face, et en se saisissant des couverts pour manger.

Par effet miroir, elle devrait elle aussi prendre ses couverts et se mettre à manger.

« Il est essentiel de ne pas disqualifier une personne si elle n’a pas de mots pour s’exprimer », observe Nicole Poirier, sous peine de générer de l’agacement, de la frustration.

Bien peser ses mots

« Souvent, il existe de petits mots, de petites phrases qui ne coûtent rien mais qui changent tout », affirme la fondatrice de Carpe Diem.

Par exemple, demander « voulez-vous m’aider » plutôt que d’affirmer « je vais vous aider », une formule qui peut heurter l’estime de la personne aidée, notamment dans les situations d’intimité comme la toilette.

Ne pas faire à la place


« Ce temps qu’on pense gagner, on le paye cher après », avertit Nicole Poirier : risque de réactions violentes, ou au contraire de dépression, de passivité qui rendront le futur plus compliqué.

Envisager les difficultés autrement

Une personne qui se lève la nuit, malade ou non, le fait généralement en réponse à un besoin : d’aller aux toilettes, manger ou boire, ou pour être rassurée… Comprendre le besoin permet souvent de le résoudre, en évitant de médicaliser la réponse.

Car une personne qui « déambule », selon le terme consacré, cherche en réalité quelque chose, explique Nicole Poirier.

S’informer, se former sur la maladie


Il existe toute une palette de maladies neurodégénératives, qui engendrent des manifestations différentes. Les connaître aide à les identifier et les comprendre.

S’adapter aux troubles, miser sur les capacités restantes et voir la personne derrière la maladie en somme : une approche qui demande du soutien, mais qui apportera, aussi de nombreux bénéfices au quotidien.

Découvrir Carpe Diem en images



mis à jour le



LES LIENS UTILES

Association France Alzheimer

Créée en 1985 à l’initiative de familles de personnes malades et de professionnels du secteur sanitaire et social, France Alzheimer est à ce jour la seule association nationale de familles reconnue d’utilité publique dans le domaine de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées.

www.francealzheimer.org


Association France Alzheimer
21 boulevard Montmartre
75002 Paris
Tél. : 01 42 97 52 41

Association Française des Aidants

Depuis sa création en 2003, l’Association Française des AIDANTS milite pour la reconnaissance du rôle et de la place des aidants dans la société. Elle oriente et soutient les aidants localement notamment via l’animation du réseau national des Cafés des Aidants®, assure des formations sur les questions liées à l’accompagnement pour les proches aidants et les équipes professionnelles, diffuse l’information, développe des partenariats et participe à la construction d’outils pour mieux appréhender les attentes et les besoins des aidants.

Association Française des AIDANTS
250 bis, boulevard Saint-Germain
75007 PARIS
aide@aidants.fr

Carpe DIEM

Par sa philosophie et son accompagnement unique, Carpe Diem-Centre de ressources Alzheimer souhaite modifier le regard posé sur les personnes vivant avec la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée, lutter contre les préjugés entourant la maladie et, en bout de ligne, soutenir un changement positif dans les pratiques auprès des personnes en perte d’autonomie cognitive.

Maison Carpe Diem
1765, boul. Saint-Louis
Trois-Rivières, QC
G8Z 2N7
 
Centre administratif de la Terrière
1095 Rue de la Terrière
Trois-Rivières, QC
G8Z 3J7
 
Téléphone : 819 376-7063
Télécopieur : 819 376-3538
 


Partager :


Vos réactions

sentinelle77

17/10/2018 12:10

MERCI MME POIRIER


quand FERONS NOUS DES MAISONNEES FAMILIALES, tel MME NICOLE POIRIER, qui nous a démontré depuis 30 ans environs, que Vieillir mm avec Alzheimmer, n'est pas un "handicap" ou "un maladie" MAIS UNE PERSONNE à ACCUEILLIR, soit AIMER, Osons L'Ecrire... dans tout le système médical et ephad Français, L'HUMAIN N'est PAS CONSIDERE, pire il EST MAL TRAITé !! C BIEN BEAU DE COLLER DES AFFICHES BIEN TRAITANCES...alors pourquoi on ENFERME LES GENS à vie ? Voulez vous qu ej vous enferme dans votre voiture ou votre maison ne serait que 2 jours, sans pouvoir de vous mm vous nourrir , aller aux toilettes, vous promener: ON VA VOIR CE QUE VOUS ALLEZ VIVRE OU VOUS REVOLTER: arretons de les affubler d'agressif, c'est FAUX !!! un jour ce sera Vous, Moi, Toi , agissons, pas seulement ce qui ont dd l'argent qui peuvent se payer facilement du personnel à domicile, MAIS IL Y A UNE CHOSE QUI NE S'ACHETERA JAMAIS : C'EST le COEUR !!! TOUT COMMMENCE AVEC LEUR COEUR ou nous nous tuons déjà présentement !!




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -