Agevillage
  >   Actualités  >     >   Edito : Chez soi et seul 23...

Edito : Chez soi et seul 23h30 sur 24

Entre solitude choisie et isolement subi


Partager :

Vieillir c'est vivre affirmait les Cafés des âges pour sensibiliser notre société à son vieillissement.

Vieillir c'est vivre et donc aimer... à tous les âges, en cette veille de la Saint Valentin.

Pas facile de vieillir dans une société qui a du mal à s'adapter à son vieillissement généralisé, qui continue de regarder ses seniors comme incapables voire dangereux sur les routes alors qu'ils sont les parmi les premières victimes.

Pas facile de mobiliser ses énergies propres quand la santé flanche, quand la grippe s'intensifie.

Pas facile sans ces aidants incroyables et invisibles qui portent "La vie pour deux" comme Suzana Sabino qui raconte son quotidien aux côtés de Philippe Croizon, son mari amputé des quatre membres et sportif de haut niveau (traversée de la Manche à la nage, Paris-Dakar...). Voir aussi cette semaine ces équipes (proches de Rennes, de Bordeaux) composées de "techniciens coordonnateurs de l’aide psychosociale aux aidants", un métier encore peu connu.

Pas facile voire impossible de vieillir debout sans un réseau d'aides compétent, structuré, organisé autour de soi, pour éviter les urgences, pour regarder en face le risque de deuil blanc (quand son proche n'est plus le même, qu'il ne nous reconnaît plus).

Pas facile de savoir ce que sont ces services d'aide à domicile, ce que sont ces structures d'accueil, de répit, ce que sont ces EHPAD qui véhiculent tant d'idées reçues.

Pas facile d'entendre ces plans d'aides, décidés par notre République, se résumer à 30 minutes d'intervention chronométrée par jour... et les 23 autres heures 30 de la journée ?

Chacun va alors tricoter sa journée, entre ses activités, ses hobbies, ses envies, ses limites aussi...

Avoir un réseau dense, structuré, choisi et financé est-il vraiment impensable dans nos civilisations capables de tant de prouesses techniques, artistiques, matérielles, immatérielles ?

Il nous faut d'abord prendre conscience de ces réalités pour réfléchir aux pistes de réponses que nous pouvons apporter individuellement et collectivement.

Mais vieillir debout 24 heures sur 24, dans un domicile choisi, quel que soit son âge, sa maladie, n'est pas insurmontable.

C'est un beau projet de société à débattre !


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.


Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -