Agevillage

Conduire après 75 ans ?

Report des mesures de restriction


Partager :

Annoncé pour début 2004, le « certificat d'évaluation médicale à la conduite automobile » a été repoussé de plusieurs mois, en raison de la complexité des questions soulevées et des précautions prises pour ne pas « stigmatiser» les personnes âgées après le drame de la canicule.

Faut-il restreindre la conduite automobile après 75 ans ? Une par une, les « Sociétés savantes », les grandes spécialités de la médecine, valident sous la présidence du professeur Henry Hamard de l'Académie de médecine les recommandations du rapport du professeur Alain Dômont, achevé le 30 juin 2003, qui proposait de restreindre la conduite pour certains malades.Une liste de douze contre-indications « absolues », très limitative, a été dressée. Concernant les contre-indications relatives, les spécialistes préconisent des « aménagements » : certains conducteurs, selon leur pathologie, se verront interdire la conduite nocturne, les voies rapides ou les longs trajets.A terme, tous les médecins généralistes recevront un petit guide, leur indiquant comment évaluer la faculté de leurs patients à tenir un volant. La rédaction de ce guide a été confiée à la commission animée par le professeur Hamard.Selon le délégué interministériel à la sécurité routière, Rémy Heitz, davantage que le dépistage médical, c'est la sanction éventuelle qui pose problème : comment procéder si une personne âgée refuse catégoriquement de restreindre sa conduite automobile ? Son médecin de famille devra-t-il saisir le préfet ?

Effet canicule ou tactique électorale ?

Cette question n'est pas encore tranchée , déclare le professeur Hamard. Les discussions sur une éventuelle levée du secret médical se poursuivent avec le conseil de l'ordre. Toute décision restreignant la conduite sera de toute façon prise par un médecin expert. De son côté, le gouvernement martèle qu'il ne veut pas « exclure » ni « stigmatiser » .Des articles de presse ont évoqué le délai « tactique » pris par le dossier vis-à-vis de l'électorat âgé juste avant les élections régionales de mars. Mais le ministre des Transports Gilles de Robien a simplement expliqué que la mise en place du certificat « est assez compliquée ».« Il y a eu un effet canicule. Ce drame a suscité une sensibilité particulière aux personnes âgées » , confie une source proche du gouvernement.L'objectif affiché des autorités est une évaluation préventive pour tous les Français. L'accent sera mis au début sur « les deux bouts » , les plus jeunes (à l'examen du permis) et les plus âgés. A partir de 75 ans, les conducteurs seront astreints à une visite médicale obligatoire tous les deux ans. La Sécurité routière a constaté une recrudescence des accidents des plus de 75 ans, par rapport aux autres classes d'âge, sur le même nombre de kilomètres parcourus. En dessous de cet âge, la périodicité des visites sera de dix ans.Le ministère de la Santé prévoit à terme un peu plus de 4,4 millions de nouvelles consultations par an, sans compter les visites imposées tous les cinq ans aux professionnels de la route (2,2 millions de consultations par an) et les consultations imposées aux auteurs d'infractions, environ 450.000 par an.Quant à Hubert Falco, secrétaire d'etat aux personnes âgées, il juge dans un communiqué daté du 10 février, que des contrôles médicaux à fréquence régulière à partir d'un certain âge, ne sont pas choquants mais qu'un permis 3eme âge est une idée grotesque, discriminatoire et inadaptée.

  • Grotesque, parce que les statistiques démontrent que les seniors provoquent en moyenne mooins d'accidents que les jeunes.
  • Discriminatoire si l'on veut que tous les âges participent à la vie active, sans exclure de générations.
  • Inadaptée car le critère de l'âge n'est pas le bon. Seules les pathologies peuvent constituer des contre-indications à la conduite, pour l'ensemble de la population, quel que soit sont âge
  • .



    mis à jour le

    Partager :


    Vos réactions

    Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



    Réagir à cet article :

    * ne sera pas affiché


    HAUT DE PAGE

    © Eternis SA -