Agevillage

Fermeture d'une maison de retraite à Chelles (77)

Détournements de fond, suspicion de maltraitances


Partager :

La propriétaire d'une petite maison de retraite de 21 résidents à Chelles (Seine et Marne) a passé la nuit de vendedi 16 avril en prison.La brigade financière a découvert suffisamment de faits graves pour qu'un arrêté préfectoral en date du 13 avril 2004 ordonne la fermeture de l'établissement au plus tard le 31 juillet 2004.Des employés de la résidence, des familles, l'association l'AFPAP : association française de protection et d'assistance aux personnes âgées, ont porté le dossier devant le procureur.Selon le journal Libération des 17 et 18 avril, La DDASS locale avait plusieurs fois mis en demeure l'établissement concernant le respect des normes d'hygiène alimentaire, la qualification des personnels, le projet d'animations.Après une menace de fermeture par la préfecture, l'établissement avait simplement mis en oeuvre la réfection de sa cuisine.Pour améliorer le quotidien des résidents, l'administrateur judiciaire va devoir faire appel rapidement à un prestataire extérieur pour les repas.La propriétaire Yvette Trahard, n'avait pas signé de convention tripartite avec la DDASS et le Conseil Général. Cette convention aurait permis une médicalisation de la structure, à partir d'un cahier des charges sur lequel il s'agissaitde s'engager.Il semble que le manque de choix en terme d'établissements alternatifs ait empêché la DDASS de fermer plus tôt cette structure.Le schéma gérontologique de département sera surement vigilant sur la mise en oeuvre de solutions, tant pour les services de soutien à domicile que pour la création de structures d'accueil et d'hébergement de qualité.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

Il n'y a encore aucune réaction à cet article.



Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -