Agevillage

Maladie de Parkinson : construire une relation de confiance avec le médecin


Partager :

Une relation de confiance avec le médecin traitant est indispensable. Toute ordonnance est une forme de sur-mesure. Elle est construite avec le patient. Une fois établie, elle doit être respectée puis ajustée progressivement en fonction de l’état et du vécu du patient.

Un changement minime apporté par le patient à son traitement peut avoir des effets négatifs : blocages répétés, mouvements anormaux…

Le médecin doit avoir une connaissance approfondie du style de vie du patient. Il adaptera ainsi le traitement aux heures de réveil et de coucher, aux voyages et déplacements, aux pratiques sociales et culturelles.

Avant chaque visite chez le médecin, notez précisément les événements liés à la maladie, les  heures auxquelles les difficultés de la motricité se produisent, les circonstances liées à ces difficultés. Un carnet établi sur les deux ou trois jours qui précèdent la visite aidera le médecin à adapter le traitement.

Il ne faut pas vivre pour suivre le traitement, mais suivre le traitement pour continuer à vivre le plus normalement possible : autrement dit, il ne faut pas se priver d’une sortie au risque de ne pas prendre vos médicaments ou sous-estimer l’aide apportée par le médicament. Parlez-en à votre médecin, il étudiera le problème avec vous.

Le suivi du traitement est une aide pour vous-même et pour votre entourage. Le traitement est destiné à préserver autant que possible votre autonomie. Tous les actes que vous pourrez accomplir seul, auront un effet positif sur votre entourage.

Mais les patients parkinsoniens le constatent rapidement : le traitement ne règle pas tous les problèmes. La vie du patient passera par l’apprentissage d’une multitude de « trucs » destinés à lui faciliter la vie et à réduire les handicaps liés à la maladie. Ces « trucs » concernent tous les moments de la vie quotidienne.



mis à jour le

Partager :


Vos réactions

annabelle

30/10/2013 17:10

Effet de zele sevrage brutal.....


notre mere s'est retrouvée sevrée brutalement en milieu hospitalier alors qu'elle avait un traitement qui lui convenait(...)assez bien, nous l'avons vu convulser devant nos yeux, attachée,et j'en passe....UNE HORREUR!!
et nous,famille,les"idiots de service"...on savait par coeur son traitement et ses reactions.........PUISQU'ELLE VIT AVEC NOUS 24/24!! ben non,transparents!!! et maman devant nous s'enfoncait dans le matelas!!!!!
c'etait il y a trois ans....ils ont faillit la faire partir....nous sommes depuis ce jour dans sa chambre pour lui apporter tout l'humain qui lui manque de sa vie d'avant...les stimulis les chansons les moments"decalés" qui laissent libre courts a l'improvisation ,sans interdits ni prejugés... Mais nous ne sommes pas chez nous,voyageurs sans bagages ou sdf ,appelez ca comme vous voulez,mais en tout cas,a une place JUSTE à nos coeurs...car de la place ,dans ces mouroirs,on en donne pas aux instants de vie.... parkinson....c'est encore la vie, ou je me trompe?????
merci pour vos retours!!



kykhou

17/09/2013 13:09

Vivre avec


oui le traitement joue un rôle important dans la maladie de Parkinson ,parfois il m'arrive d'avoir ras le bol d'en prendre ,il y en a un que je prends toutes les 4 h mais je suis consciente que sans eux je ne pourrais peut être plus bouger




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -