Agevillage

Covid-19, confinement, solidarité : 5 385 vieux prennent la parole

Interrogées par Old'Up, les personnes âgées se livrent sur leur ressenti pendant cette crise sans précédent


Partager :

Plus à risque face au virus, plus isolés, les personnes âgées sont décrites comme les principales victimes de cette crise. Mais qu’en pensent les principaux intéressés ? L’association Old’Up est allée à leur rencontre afin de leur donner la parole et faire part de leurs ressentis sur cette situation particulière. 


Par le biais d’un questionnaire en ligne et d’une permanence téléphonique, l’association a recueilli le témoignage de 5 385 personnes âgées entre le 24 avril et le 13 mai.


Autonomes, même confinés


Si les deux tiers des répondants considèrent le covid-19 comme un danger grave, 73 % déclarent n’avoir rencontré aucune difficulté pendant le confinement

Ce confinement est bénéfique pour moi, il me permet de réfléchir sur mon mode de vie, il me permet aussi de mettre de l’ordre dans mes priorités.

Je me suis remise au piano.

Tous les matins, je prends de 20 minutes à une demi-heure pour faire des exercices de relaxation, des exercices musculaires inspirés de séances de kiné antérieures, et de l'automassage chinois.

Pour près des deux tiers des personnes interrogées, cette période a même été l’occasion de reprendre des activités de loisirs artistiques ou intellectuelles, d’organiser son espace, de renouer avec d’anciennes relations… 41 % ont même le sentiment d’avoir fait des progrès dans leur usage des outils informatiques.

Des déclarations qui contredisent les préjugés sur les personnes âgées, et qui montrent que le confinement a même pu être vécu comme une opportunité pour nombre de personnes âgées. 


Des vieux acteurs de la solidarité


Si, durant cette crise, de nombreuses initiatives ont été mises en place pour venir en aide aux personnes âgées, l’enquête d’Old’Up met en évidence qu’elles ont aussi été parties prenantes de cette solidarité. 

Je suis plus présent dans la vie associative et notamment je donne plus de cours de FLE aux migrants.

Je fais des jeux avec mes petits-enfants sur Skype, le mini-bac des choses simples comme ça... Ca me permet de garder le lien avec eux et ça soulage pendant une petite demi-heure ma fille et mon gendre

Impliqués auprès des enfants, des petits-enfants, engagés dans les associations, solidaires avec les voisins… Cette enquête montre que les personnes âgées ont été une véritable source de soutien pour les autres.  


Des craintes pour le monde d’après


Si cette période de confinement a été majoritairement bien vécue chez les plus âgés, elle a aussi été un vecteur d’angoisses liées à l’après. 

Ils craignent notamment “une crise économique mondiale majeure avec des répercussions sociales toutes aussi énormes”, “le retour en force du populisme et des frontières entre les États” ou encore une diminution de leurs libertés. 

Ils sont 42 % à penser que la crise n’aura pas d’effets positifs sur la solidarité dans notre société

Une enquête qui permet de changer les perceptions sur le grand âge et, peut-être, de permettre d’ouvrir de nouvelles perspectives plus inclusives à l’avenir.

Consulter l'enquête dans son intégralité


mis à jour le



Partager :


Vos réactions

lasouris94

22/06/2020 23:06

Confinement bénéfique


J'ai cessé de courir partout et n'ai plus envie de reprendre autant d'activités qu'avant. Je n'ai guère souffert pendant le confinement car la météo agréable m'a permis de passer l'essentiel de mon temps à jardiner, sans voir le temps passer. J'ai continué de faire mes courses. Les activités physiques (notamment la randonnée) m'ont quand même beaucoup manqué.




Réagir à cet article :

* ne sera pas affiché


HAUT DE PAGE

© Eternis SA -