Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

L'huile de noix de coco, remède miracle contre Alzheimer ? Colette Roumanoff s'amuse

Auteur Rédaction

Temps de lecture 3 min

Date de publication 09/12/2013

0 commentaires
Colette RoumanoffColette Roumanoff, fondatrice du site Alzheimer Autrement, nous livre une analyse fort intéressante sur la perception de certains et leurs facultés à convaincre des bienfaits de l’Huile de noix de coco dans le traitement de la maladie d’Alzheimer


MARY NEWPORT ET L’HUILE DE NOIX DE COCO OU LES EFFETS BENEFIQUES D’UNE CURE IMPROBABLE.

On peut lire aujourd’hui sur internet que l’huile de noix de coco guérit la maladie d’Alzheimer.

Pourtant Mary Newport qui est médecin pédiatre, spécialisée dans les naissances prématurées, ne le dit à aucun moment dans son livre, où dans son désir sincère de nous faire partager son expérience elle nous livre un grand nombre de détails sur son parcours.

Son mari déjà soigné pour dépression devient un patient Alzheimer à 54 ans.

Mary pense que c’est à la médecine de guérir et la dépression de son mari et sa maladie d’Alzheimer. A aucun moment, elle n‘a l’idée de changer son mode de vie ni celui de son mari, qui ayant joué pendant des années le rôle de papa à la maison continue à faire le ménage, les courses, les repas, à bricoler dans son garage, comme si de rien n’était.

Quand elle s’aperçoit que le gaz est resté ouvert, elle n’a pas l’idée de mettre une plaque électrique. Quand son mari se perd en voiture, elle pense à combien ce sera ennuyeux de l’accompagner à ses rendez-vous, s’il ne peut plus conduire. Enfin elle reproduit longuement dans son livre des poèmes écrits par un homme qui se lamente sur l’Alzheimer de sa femme : « Je sens que j’ai perdu la bataille et la guerre…»

Or il y a une relation de cause à effet qu’il n’est pas si difficile de découvrir : quand elle pense que c’est « affreux et horrible » d’avoir un conjoint malade, c’est le conjoint qui va se sentir « affreux et horrible » et donc plongé par la personne qui en a la charge dans une marmite de stress dont il ne peut pas sortir. Mary dit carrément qu’elle ne reconnait plus son mari, qu’elle l’a perdu, qu’il lui est devenu étranger.

Un jour, elle se rend compte qu’il a beaucoup maigri parce qu’il a oublié de manger pendant plus de trois semaines (on est à la limite de la maltraitance). C’est seulement à partir de ce moment-là qu’elle essaie de faire venir quelqu’un au moment des repas.

Comme Mary croit en la médecine, elle veut inscrire son mari à deux essais thérapeutiques. Il est refusé car son état parait trop avancé, ce qui la rend furieuse. Alors Mary décide en s’inspirant d’un de ces essais de donner à son mari de l’huile de noix de coco achetée en magasin bio.

A partir du moment où elle fait sur lui une expérience thérapeutique, (elle commence par une cuillère à café dans le porridge), elle lui consacre de l’attention, elle le surveille du matin au soir. Son mari devient un cobaye précieux, et comme il a l’intelligence de réagir immédiatement par des progrès visibles, un changement énorme se produit. Mary devient amoureuse de son cobaye, en parle à sa famille qui s’enthousiasme à son tour pour cette merveilleuse découverte. Mary commence à tenir un journal et à noter tous les progrès. Ensuite elle s’agite beaucoup pour faire partager cette découverte au monde entier, elle va dans des congrès médicaux en Amérique où elle est d’abord mal reçue, puis elle fait le tour de tous les magasins bio en y faisant des conférences, enfin elle trouve une sorte de consécration à l’étranger, en Grèce, à Londres. Elle promène partout son mari-cobaye, avec l’aide de sa famille et avec un succès certain. C’est tellement merveilleux de penser qu’il suffit d’ajouter chaque jour à la nourriture quatre cuillerées à soupe d’huile de noix de coco pour renverser le cours de la maladie d’Alzheimer.

Mary a l’honnêteté de dire qu’il y a des gens à qui cela ne fait aucun effet et qu’il y a pour son mari des retours en arrière. Il semble que peu à peu tous ces progrès miraculeux s’effacent les uns après les autres. Mais les relations entre elle, son mari et sa famille se sont incroyablement renforcées. Vive la noix de coco !

Colette Roumanoff
Alzheimer’s Disease What is there was a cure ?
Basic Health publications second edition

Partager cet article

Sur le même sujet