Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : domicile et cadre de vie citoyen

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 14/12/2015

0 commentaires
Annie de VivieCachez ces vieux que je ne saurais voir : c’est en substance ce que le président de l’association des directeurs au service des personnes âgées, Pascal Champvert a martelé lors d’un colloque sur l’avenir des maisons de retraite à Montlucon la semaine dernière.

L’occasion de rappeler l’âgisme rampant de notre société, son incapacité à accepter de vieillir et donc d’anticiper les situations de handicap, les éventuels besoins d’aides, de déménagements dans des domiciles plus adaptés…

Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? affirment les parents de Roz Chast dans un livre/​BD drôle et touchant, véritable guide pratique de l’enfant confronté à la perte d’autonomie progressive de ses parents.

Et pourtant il va nous falloir inventer le domicile de demain, dans des villes Amies des Ainés”. Ce domicile devra permettre d’y vieillir, en sécurité certes, mais surtout en lien avec l’extérieur.

Un domicile très adapté (voir le site jamenagemonlogement”), sécurisé, accompagné par le dispositif M@do par exemple (maison de retraite à domicile) ou un domicile que l’on invitera à quitter pour aller dans la maison de retraite toute proche déjeuner, participer à des ateliers, rencontrer des pairs.

Et si l’on doit entrer en domicile collectif, adapté, médicalisé, il faudrait que ce domicile en reste un : avec une sonnette à la porte ou la garantie que l’on n’y entrera pas comme dans un moulin, avec une boite aux lettres à la porte, avec son animal de compagnie, ses meubles (son grand lit).

Un domicile où l’on sera solidaire les uns des autres selon le concept d’animation solidaire cher à Philippe Crône des formations Humanitude Animation. Un domicile où l’on restera gastronome jusqu’aux derniers jours, souligne Sabine Soubielle d’IGM Restauration. Un domicile labélisé, garantissant des soins 100% en douceur, véritable Lieu de vie — lieu d’envies.

Ces domiciles seront même rentables” avec moins d’hospitalisations, de neuroleptiques, avec des professionnels qui y interviennent plus sereins, plus en liens avec leurs valeurs.

Et oui car les valeurs du soin interpellent, renforcent les valeurs de la République. Encore faut-il le dire et le voir confirmer dans les actes politiques. Rejoignez l’inititiave Valeurs du soin — valeurs de la République” d’Emmanuel Hirsch en partageant votre témoignage, votre expérience, pour faire bouger les lignes concrètement.

Partager cet article

Sur le même sujet