Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Edito : aidants, citoyens et électeurs

Auteur Rédaction

Temps de lecture 2 min

Date de publication 10/04/2017

0 commentaires

Défi politique

Le collectif Une société pour tous les âges” avec Agevillage, les organisations professionnelles des services à domicile et établissements d’accueil pour personnes âgées, les associations de familles, de malades (France Alzheimer et sa campagne « Tous candidats à la maladie »), les retraités, les médias comme Le Parisien Aujourd’hui en France… ils sont nombreux à interpeller les candidats à l’élection présidentielle sur les enjeux du vieillissement.

Annie de VivieCertes le sujet n’est pas glamour… et la dette de la France non plus.

Les candidats, les médias et surement les électeurs, privilégient les sujets économiques (à court terme) aux enjeux sociétaux.

Sans compter que l’âgisme ne favorise pas la lutte contre les discriminations liées à l’âge.

Et pendant ce temps, nous vieillissons.

Quand notre environnement est adapté, quand l’envie de rester connecté est là… la vie à quatre générations s’invente, pas à pas, jour après jour. Voir cette semaine les dix ans des habitats partagés Familles gouvernantes à Marseille et au cinéma l’octogénaire Pierre Richard qui retombe amoureux via les sites de rencontre.

80 % des plus de 80 ans vivent avec leurs pluri-mini-handicaps. D’autant mieux dans des « villes amies des aînés ». Mais le souci, c’est quand l’autonomie physique, et surtout psychique, décline. Quand le besoin d’aides s’accroit.
Ce 11 avril les projecteurs seront braqués sur la maladie de Parkinson.

Notre société est à mi-chemin entre les pays nordiques qui financent de manière solidaire l’intervention des professionnels et les pays du sud de l’Europe où tout repose sur la famille.

L’aide à l’autonomie est un enjeu économique avec des emplois à la clé… quand ils sont financés (cette semaine Agevillage décrypte pour vous les tarifs kafkaïens des services à domicile !). L’aide à la complémentaire santé, aussi, est encore mal connue.
Comment compenser les « restes à charges » quand on doit faire appel à un grand nombre de professionnels à domicile ? Quand on doit entrer en Ehpad (établissement pour personnes âgée dépendantes – ex maisons de retraite médicalisées) ?

Les présidentiables ne sont pas secoués par ces enjeux.

Les aidants vont sûrement les y aider. Ces aidants qui agissent, travaillent (et doivent gérer leurs relations avec leurs collègues) et ne veulent pas s’effondrer ou mourir avant leur proche.
Les aidants, les proches, les familles, les associations de patients, usagers du système de santé… vont sûrement mieux porter, plus fort, la voix des plus âgés fragilisés et des professionnels qui prennent soin d’eux.

Aidants : citoyens et électeurs !

Partager cet article

Sur le même sujet