Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Comprendre les fragilités

Aider un malade d'Alzheimer à trouver les toilettes la nuit : les conseils de Colette Roumanoff

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 28/02/2018

0 commentaires
alzheimer : passage aux toilettes la nuit


Accidents à répétition, draps à changer en pleine nuit, stress et tensions que la situation engendre… Il peut sembler plus simple de proposer des protections urinaires pour la nuit à une personne touchée par la maladie d’Alzheimer. Pourtant, comme l’explique Colette Roumanoff sur son blog, quelques aménagements pourront grandement améliorer la situation.

L’auteure de Alzheimer : accompagner ceux qu’on aime (et les autres) part d’un constat simple. « La maladie d’Alzheimer est une maladie de la gestion de l’information », rappelle-t-elle.

Ainsi, le malade ne saura pas faire le lien entre le bruit d’eau qui coule, la sensation d’être mouillé et sa propre vessie. Il ne saura pas trouver les toilettes à temps la nuit, dans le noir : pour lui, elles ont disparu. Il confondra de bonne foi la cuvette et le tabouret qu’il trouve lors de sa recherche nocturne.

Aussi, il convient de l’aider en :

  • laissant les toilettes allumées en permanence ;
  • maintenant leur porte ouverte (et les pièces adjacentes fermées, à clef si possible) ;
  • fixant le couvercle des toilette pour qu’il reste ouvert ;
  • mettant à sa disposition une lampe de poche, ou, à défaut, laisser entrer un rai de lumière dans la chambre ;
  • installant un cheminement lumineux jusqu’aux toilettes.


Et par précaution, faire le lit en superposant un alèse/​un drap housse/​une alèse/​un drap housse pour n’avoir qu’à retirer le linge mouillé en cas de raté.

De quoi gagner « des années de tranquillité », assure-t-elle.

Lire le billet de Colette Roumanoff dans son intégralité

Partager cet article