Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Déremboursement des anti-Alzheimer : et après ?

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 04/06/2018

0 commentaires
Aussitôt annoncé, aussitôt officialisé : le déremboursement des médicaments anti-Alzheimer, annoncé par la ministre de la Santé Agnès Buzyn lundi dernier, a fait l’objet d’un arrêté paru au Journal officiel vendredi

. A compter du 1er août, l’Aricept (Esai), l’Ebixa (Lundbeck), l’Exelon (Novartis Pharma), le Reminyl (Janssen Cilag) et leurs génériques ne seront plus remboursés par la Sécurité sociale.

déremboursement médicaments alzheimerLe « service médical rendu » des anti-Alzheimer est remis en cause depuis une évaluation menée en 2011 par la Haute autorité de santé (HAS).

Du fait de leur peu d’efficacité, conjuguée à des effets indésirables graves, leur taux de remboursement était alors passé à 15 %.

Puis en 2016, la HAS confirmait ses conclusions de 2011 et préconisait le déremboursement de ces traitements à la ministre de la santé de l’époque, Marisol Touraine. Cette dernière avait refusé.

La Haute autorité préconisait en revanche une prise en charge globale, non-médicamenteuse et pluriprofessionnelle.

Une approche réaffirmée dans un guide publié la semaine dernière, et assorti d’une nouvelle demande de déremboursement.

Cette fois, Agnès Buzyn a répondu positivement. Dès le 1er août, ces traitements ne sont plus remboursés.

L’association de malades et de familles France Alzheimer et cinq sociétés savantes et organisations professionnelles médicales (Fédération des centres mémoire, Fédération française de neurologie, Société française de neurologie, Société française de gériatrie et de gérontologie, Société Francophone de psychogériatrie et de psychiatrie de la personne âgée) contestent cette décision.

D’autres, comme le Syndicat national des jeunes médecins généralistes (SNJMG), lui apportent son soutien.

L’économie estimée se monte à 90 millions d’euros par an, une somme qui, selon la ministre « sera intégralement réorienté[e] vers l’accompagnement des malades d’Alzheimer ».


A lire aussi

Partager cet article

Sur le même sujet