Aller sur la navigation Aller au contenu principal Aller sur la recherche

Gros plan sur la maladie à corps de Lewy

Auteur Rédaction

Temps de lecture 1 min

Date de publication 11/06/2018

0 commentaires
Mal connue, éclipsée par Alzheimer, dont elle est une « maladie apparentée » et par Parkinson (on la compare souvent à une « Parkinson plus »), la maladie à corps de Lewy toucherait pourtant près de 200 000 personnes en France.

maladie à corps de Lewy

Identifiée seulement dans les années 1990, la maladie doit son nom aux dépôts anormaux de protéines qui se forment au cœur des cellules nerveuses, les fameux corps de Lewy.

Il s’agit d’une maladie neurodégénérative à évolution inéluctable, avec une espérance de vie moyenne de 5 à 7 ans à partir du diagnostic.

Elle touche un peu plus souvent les hommes que les femmes, et débute généralement après 50 ans.

Un diagnostic tardif


Avec des symptômes qui peuvent évoquer une dépression, la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson au départ, les personnes atteints de la maladie à corps de Lewy sont souvent mal diagnostiquées, ou alors tardivement.

Selon France Alzheimer, 67 % des malades ne sont pas diagnostiqués.

Pourtant, certains symptômes lui sont propres, comme les hallucinations (visuelles et parfois auditives), dès les premiers stades de la maladie.

Parmi les autres symptômes :

  • troubles de l’attention (souvent confondus avec des troubles de la mémoire)
  • troubles de la perception visuelle et spatiale
  • changement d’humeur et de comportement
  • changements imprévisibles dans la concentration, l’attention, la vigilance et l’éveil.
  • troubles moteurs (marche, écriture, expression figée, troubles de l’équilibre…)

Les traitements de la maladie à corps de Lewy


Il n’existe pas de traitement propre à la maladie à corps de Lewy.

Les traitements habituellement proposés aux malades d’Alzheimer sont prescrits pour les troubles cognitifs, les traitements contre Parkinson contre les symptômes parkinsoniens et des antidépresseurs pour les troubles de l’humeur.

En parallèle doivent être mis en place des soutiens non-médicamenteux : stimulation cognitive, orthophonie, kinésithérapie, psychologue…

Sans oublier le soutien aux aidants, aux proches. Philippe de Linares, dont la femme souffrait de la maladie à corps de Lewy, a lancé en 2016 un réseau dédié aux aidants touchés par cette pathologie, devenu association en 2019.

Le site de l’association des aidants de malades à corps de Lewy


Crédits photo : By Fanny CASTETS — Own work, CC BY-SA 3.0

Partager cet article

Sur le même sujet